Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : à Caulnes dans les Côtes d'Armor, l'esthéticienne veut rouvrir son institut au plus vite

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Alors que dans une tribune publiée par le journal Le Parisien ce jeudi 22 avril des commerçants réclament au gouvernement une réouverture "impérative" au plus tard le 10 mai, à Caulnes dans les Côtes d'Armor, une esthéticienne indépendante craint de perdre tout ce qu'elle a bâti.

Laurence Boixière devant son institut de beauté à Caulnes dans les Côtes d'Armor
Laurence Boixière devant son institut de beauté à Caulnes dans les Côtes d'Armor © Radio France - Johan Moison

Son institut de beauté situé à Caulnes dans les Côtes d'Armor est fermé depuis le 3 avril. 

"J'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi on me ferme alors que les autres commerces autour de moi restent ouverts", témoigne Laurence Boixière. "Regardez-là, notre collègue toiletteuse canin est ouverte pour le bien-être animal, le salon de coiffure qui m'appartient est ouvert mais pas l'institut, c'est incompréhensible". 

La peur de tout perdre

Quand elle s'est installée ici à Caulnes, il y a seize ans, peu de gens croyaient en son projet. "Le maire de l'époque m'a dit j'ai peur pour vous", se souvient l'esthéticienne. "Mais les clientes et les clients ont toujours été là".  Aujourd'hui, Laurence Boixière emploie trois personnes (à l'institut et au salon de coiffure) et craint tout simplement de perdre tout ce qu'elle a bâti.  "Les aides au mois d'octobre m'ont permis de ne pas creuser ma trésorerie mais là, je la creuse. J'ai fait rentrer 2000 euros de produits juste avant le discours présidentiel, c'est énorme pour moi". 

LIRE AUSSI : Covid-19 : les commerces réclament une réouverture "au plus tard le 10 mai"

"On est la profession des épileuses", ironise Laurence. "Nous sommes une profession non-essentielle", comme ils disent. "L'Etat n'a pas besoin de nous, alors on nous ferme", se désole Laurence Boixière."Pourtant moi, je suis une maman solo, je suis partie de rien du tout et cette profession, elle m'a fait grandir".

ECOUTEZ - Le témoignage de Laurence Boixière, esthéticienne à Caulnes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess