Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : dépistage massif au centre pénitentiaire de Riom ce jeudi

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Après la survenue de plusieurs cas chez le personnel du centre ces derniers jours, l'ARS, avec la direction interrégionale des services pénitentiaires, a décidé cette opération qui visera à tester le personnel et les intervenants extérieurs. Objectif : bloquer la propagation du virus.

Le centre pénitentiaire de Riom
Le centre pénitentiaire de Riom © Radio France - Olivier Vidal

Ce sont environ 300 personnes qui vont être testées ce jeudi. Les surveillants du centre pénitentiaire mais aussi les différents intervenants extérieurs.
L'Agence Régionale de Santé a décidé cette opération de dépistage, avec la direction interrégionale des services pénitentiaires, après le recensement de plusieurs cas positifs au Covid-19 ces derniers jours, une quinzaine.
"L'objectif est de contrôler le virus et éviter qu'il se développe dans l'établissement" explique Magali Brutinel, directrice du centre pénitentiaire de Riom.
Il faut dire que le centre est considéré comme un "cluster" avec donc plus de trois cas recensés dans cet espace -un peu plus que- clos.

Le personnel et les intervenants tous testés

Depuis le début de l'épidémie, les mesures sanitaires semblent bien être respectées car aucun détenu n'a été testé positif au Covid. A l'intérieur, tout le monde porte un masque, du gel hydroalcoolique a été mis à disposition. Mais le risque zéro n'existe pas.
"Tout le monde fait les efforts mais les collègues ont quelques doutes sur le matériel qui pourrait être porteur du virus car il n'est pas systématiquement désinfecté" commente Benoît Daudé, délégué FO pénitentiaire à Riom.

Le syndicat réclamait ce dépistage massif depuis plus d'un mois, depuis les premiers cas détectés.
Les résultats de ce dépistage devraient être connus à partir de ce jeudi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess