Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid 19 : des Jeux olympiques jamais vus, pour le Boulonnais Maxime Beaumont

-
Par , France Bleu Nord

En attendant la cérémonie d’ouverture, vendredi à la mi-journée, les Jeux olympiques de Tokyo ont déjà commencé avec les premières épreuves de softball. Des JO qui, compte-tenu de la pandémie mondiale de Covid-19, vont se dérouler dans conditions vraiment très particulières.

Malgré la pandémie de Covid-19, les JO de Tokyo démarrent officiellement ce vendredi.
Malgré la pandémie de Covid-19, les JO de Tokyo démarrent officiellement ce vendredi. © Maxppp - Sven Simon

Maxime Beaumont, le kayakiste vice-champion olympique, est arrivé au Japon, il y a déjà quelques jours. Ce sont ses troisièmes JO, après Londres et Rio. Mais à cause de la Covid, ses repères sont bouleversés. 

Le Boulonnais est actuellement en quatorzaine : "pendant cette quatorzaine, nous sommes juste autorisés à aller nous entraîner et à rester à l'hôtel. Et puis c'est tout ! Ce qui nous fait bizarre, c'est de devoir porter le masque en extérieur, même du hangar jusqu'au ponton, alors que c'est en extérieur et que l'on est seul."

La vie en bulles

"Cela fait bizarre, poursuit le médaillé d'argent de Rio, car, pour arriver ici, nous avons fait deux tests PCR, la plupart d'entre nous sommes vaccinés, nous sommes testés tous les jours, et nous vivons dans des bulles sanitaires où l'on ne rencontre personne d'extérieur."  

Ainsi, tous les athlètes ne participeront pas à la cérémonie d’ouverture, histoire de réduire le nombre de contacts. Mais Maxime Beaumont, qui entre en compétition en deuxième semaine, début août, aura quand même droit à la cérémonie de clôture. Avec, peut-être une médaille d’or autour du coup. 

En attendant son épreuve début août, Maxime Beaumont s'entraîne loin de Tokyo.
En attendant son épreuve début août, Maxime Beaumont s'entraîne loin de Tokyo. © Maxppp - Tamas Kovacs

En attendant, le Boulonnais s’entraîne, à Komatsu, une ville située à une heure et demie d’avion de Tokyo. Il est donc loin donc du village olympique qu’il ne sera autorisé à rejoindre qu’au dernier moment. Le temps de se caler sur l’environnement japonais.

Forte chaleur et humidité

Pour l'instant, le nordiste peine à se caler sur le décalage horaire de sept heures, en plus.Il a encore du mal à dormir. Et puis surtout, c'est le climat qui nécessite une adaptation : les températures avoisines les quarante degrés, et l'air est assez humide. C'est pour cela que l'Equipe de France de canoë-kayak avait pris l'option d'arriver sur place plus de quinze jours avant. 

A côté de ces contraintes, Maxime Beaumont souligne que l’accueil des japonais est exemplaire. Quant au bassin de compétition, il le connait déjà pour l’avoir testé en 2019, juste avant la pandémie. C’était un rendez-vous international de rodage. Et c’est lors de ce premier voyage que le boulonnais a pu découvrir Tokyo.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess