Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CARTE - Covid-19 : le point précis sur la vaccination en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Depuis début janvier, la campagne de vaccination s’organise et monte progressivement en puissance en Dordogne. Nouveaux centres, nouveaux dispositifs, difficile parfois de s'y retrouver. France Bleu Périgord tente de faire un point précis en ce 15 mars.

Flacon du vaccin de Pfizer-NioNtech au centre de vaccination de Ribérac
Flacon du vaccin de Pfizer-NioNtech au centre de vaccination de Ribérac © Radio France - Théo Caubel

Où en est-on au niveau de la campagne de vaccination en Dordogne ? Depuis Ginette, la première vaccinée à Périgueux le 7 janvier, le dispositif n'a pas cessé d'évoluer. Nouveaux centres, nouveaux publics ciblés, nouvelles opérations, difficile parfois de s'y retrouver. On va tenter de faire un point précis.

Qui peut se faire vacciner ?

Le public concerné n'a pas cessé d'être élargi depuis le mois de janvier. En ce 15 mars, selon le ministère de la Santé, les personnes pouvant se faire vacciner sont les plus de 75 ans, les personnes entre 50 et 74 ans ayant une ou plusieurs commodités, et puis l'ensemble des Français souffrant d'une pathologie grave. Les personnels soignants, ceux intervenants dans des établissements auprès de personnes vulnérables, les sapeurs-pompiers, aides à domicile peuvent aussi se faire vacciner. Quatre vaccins sont actuellement autorisés en France : Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen, même si pour ce dernier aucune dose n'est attendue avant le mois d'avril.

En Dordogne, au 11 mars, 28.868 personnes ont reçu une première injection (7,1 % de la population), 14.482 la seconde (3,5 % de la population). Dans les Ehpad ou dans les Unités de soins de longue durée, 91,2 % de la population est vaccinée selon les chiffres de l'Agence régionale de santé.

Où se faire vacciner ?

À ce jour, 13 centres de vaccinations sont ouverts en Dordogne. Deux autres supplémentaires doivent suivre cette semaine.

  • Périgueux , le centre déménage du CH à la Filature à partir de ce lundi 15 mars
  • CH Bergerac, vaccination possible le samedi
  • CH Sarlat 
  • CH Nontron
  • CH Ribérac, vaccination possible le samedi
  • CH Excideuil 
  • CH Saint-Astier
  • Maison de santé de Montpon-Ménéstérol 
  • Maison de santé de Villefranche du Périgord
  • Maison de santé de Val-de-Louyre-et-Cadeau 
  • Maison de santé de Lanouaille 
  • EHPAD La Madeleine
  • Fondation John Bost à la Force
  • Hôpital privé Francheville, uniquement pour le dispositif "Aller vers" et à partir du 16 mars
  • Maison de santé de Lalinde à partir du vendredi 19 mars

Malgré le nombre croissant de centres, il reste difficile de trouver un créneau de vaccination. La réservation peut se faire sur le site Doctolib ou en appelant directement le centre. Une liste d'attente avait été mise en place. Elle avait dépassé les 3.000 inscrits mais la préfecture assure qu'elle est en train d'être résorbée. 

Reste la problématique des doses, c'est le nerf de la guerre pour pouvoir ouvrir plus de rendez-vous. Début mars, la Dordogne recevait 4.000 doses par semaine, le chiffre monte à 5.800 cette semaine et 8.000 pour la prochaine selon l'ARS. À partir du mois d'avril, le laboratoire Pfizer doit doubler ses livraisons.

Médecins et pharmaciens peuvent vacciner  

La vaccination peut aussi se faire en dehors des centres. Les médecins peuvent vacciner directement dans leur cabinet depuis plusieurs semaines. En Dordogne, 44 % d'entre eux le font déjà. Cela ne veut pas dire que les autres ne participent pas à l'effort. Certains préfèrent donner de leur temps pour vacciner directement dans les centres car la logistique reste compliquée pour organiser la vaccination dans leur cabinet.

À partir de ce lundi 15 mars, c'est aussi le top départ de la vaccination dans les pharmacies. Elles utilisent le vaccin AstraZeneca. Lors d'un point-presse jeudi 11 mars, le préfet a indiqué que 133 officines avaient déjà réservé des doses sur les 159 que compte la Dordogne.

En revanche pour les médecins et pharmaciens, l'approvisionnement n'est pas le même que pour les centres de vaccination. Ces professionnels de santé doivent se fournir directement auprès de leur grossiste-répartiteur.

Dispositif "Aller vers" 

À partir de ce lundi 15 mars, c'est le début du dispositif "Aller vers". Il consiste à aider les plus de 75 ans à se faire vacciner quand ils n'ont pas de moyen de transport. Les communes et les intercommunalités travaillent dessus depuis plusieurs semaines. Elles tentent de recenser les personnes concernées, puis leur réservent un créneau de vaccination et s'assurent qu'elles pourront bien les transporter le Jour-J. Les modalités varient d'une commune à l'autre. Il ne faut pas hésiter à se rapprocher du Centre intercommunal d'action sociale près de chez vous pour vous faire connaître. 

Pour la semaine du 15 mars, 1.280 doses de vaccins ont été réservées pour ce dispositif "Aller vers". Onze centres de vaccination participent à l'opération (voir carte ci-dessus). Ce dispositif va durer quatre semaines pour faire les primo-injections et sera renouvelé pour quatre semaines supplémentaires afin de faire les rappels. Si vous avez besoin d'un transport médicalisé pour sortir de chez vous, il faut contacter votre médecin pour qu'il vous délivre une prescription médicale de vaccination avec un bon transport.

Quelle suite pour la campagne de vaccination ?

Si la campagne de vaccination s'adresse aujourd'hui aux personnes les plus vulnérables face au Covid-19, elle va progressivement s'élargir à l'ensemble de la population. Le nombre de doses reçues devrait également continuer à augmenter. Les autorités se préparent donc à une montée en puissance dès maintenant. L'étape pour l'instant est d'ouvrir de nouveaux centres pour renforcer le maillage territorial. Mais l'Agence régionale de santé est déjà en train d'étudier la capacité maximale de chaque centre. L'idée est de connaître dès à présent les besoins en terme de personnel et les limites du dispositif existant.

L'étape d'après passera sûrement par la création de "vaccinodromes" en Dordogne. "On y réfléchit, a reconnu le préfet, Frédéric Périssat, lors d'un point presse jeudi 11 mars. Mais ce n'est pas pour demain, ni après-demain."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess