Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : il manque une dizaine d'infirmières à l'hôpital Jacques Cœur de Bourges

-
Par , France Bleu Berry

De nouveaux problèmes d'effectifs sont pointés du doigt par la CGT de l'hôpital Jacques Cœur, à Bourges. En pleine troisième vague de l'épidémie de Covid-19, les soignants sont très sollicités. La direction cherche une dizaine d'infirmières pour renforcer les équipes.

La façade de l'hôpital de Bourges
La façade de l'hôpital de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Plus de 50 personnes hospitalisées pour Covid, 12 malades en réanimation, l'hôpital Jacques Cœur de Bourges reste en première ligne face au coronavirus. La troisième vague n'est pas terminée, même si l'épidémie est en phase de décroissance au niveau national. Dans les différentes unités Covid de l'hôpital berruyer, les effectifs sont encore très sollicités. Aux urgences, en réanimation, en service de soins de suite et de réadaptation, les charges de travail restent conséquentes.  

Il manque au moins 10 infirmières à l'heure actuelle

La direction de l'hôpital a fait ses calculs, elle a besoin d'une cinquantaine d'infirmières en équivalent temps plein. A l'heure actuelle, il manque au moins dix infirmières. "En trouver dix serait une bouffée d'air pour l'organisation de la prise en charge des patients et en essayant de préserver au maximum la qualité de vie au travail des professionnels de la structure", indique Elisabeth Velon, directrice des soins à l'hôpital berruyer.

Des étudiants et de jeunes retraités prêtent main forte. Des personnels en temps partiel passent à temps plein, des solutions temporaires ont été trouvées mais elles provoquent la colère de la CGT. "C'est consternant d'en arriver là. Sur la durée, ça ne tient pas la route. Les charges de travail sont vraiment conséquentes et on n'a pas assez de gens pour faire face", déplore Valérie Martin, déléguée syndicale et elle-même infirmière. 

Les personnels sont vraiment fatigués actuellement

Le syndicat alerte sur la fatigue du personnel soignant. "Il y a déjà des menaces sur la pose des vacances d'été, sur le nombre de week-ends à faire", indique Valérie Martin. "Cela reste très tendu au niveau des effectifs. Nous menons en ce moment une campagne de recrutement pour trouver des infirmières et pas seulement pour la troisième vague de Covid", assure Elisabeth Velon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess