Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : la difficile gestion des cas contacts dans les entreprises d'Ile-de-France

-
Par , France Bleu Paris

Alors qu'en Ile-de-France plus d'un cluster sur trois se développe sur le lieu de travail, c'est un casse-tête pour les salariés et leurs managers : comment réagir quand un employé présente des symptômes du Covid-19 ? Qui doit être déclaré cas contact, et qu'est-ce que cela implique ?

Les entreprises aux prises avec le développement de cas contact Covid-19
Les entreprises aux prises avec le développement de cas contact Covid-19 © Radio France - Aurélie Lagain

C'est une définition que vous ne trouverez pas dans le dictionnaire, et qui pose beaucoup de questions dans les entreprises : celle du "cas contact" Covid-19. Le protocole sanitaire publié par le gouvernement estime qu'est considéré comme cas contact : "toute personne ayant été en contact rapproché avec une personne présentant une Covid-19 (moins d'un mètre pendant plus de 15 minutes, sans masque)".

Un grand flou parmi les salariés

Mais il suffit d'interroger quelques employés lors de leur pause cigarette au pied de leurs bureaux au Millénaire à Aubervilliers pour se rendre compte que la définition du cas contact varie de l'un à l'autre. Pour Sébastien, apprenti dans une banque, "ce n'est pas très clair" avoue le jeune homme, "ce serait quelqu'un d'asymptomatique qui pourrait propager le virus partout". Un peu plus loin deux fonctionnaires du ministère de la Justice hésitent aussi : "nous avons reçu un mail de la CPAM (caisse primaire d'Assurance maladie), mais je ne l'ai pas vraiment lu. Je pense que c'est quand on a croisé quelqu'un de malade". Mais aucune distinction n'est faite sur le respect des gestes barrière.

… et certains managers

Il faut dire que peu d'entreprises ont communiqué de manière globale et générale sur ce qu'est un cas contact et comment réagir en cas de doute, les protocoles sanitaires dans les bureaux s'appuyant surtout sur le respect du port du masque, le lavage des mains, et la désinfection des locaux. "Quand un cas de Covid est détecté, on entre dans un véritable travail de détective" explique Audrey Richard, président de l'association nationale des DRH. "Il faut retracer les contacts de la personne malade, que ce soit au bureau, lors des pauses déjeuners. Et ensuite il faut surtout faire preuve de transparence. Prendre le temps de réunir les équipes concernées et expliquer les procédures à tout le service".

Une démarche d'autant plus importante que certains salariés peuvent craindre d'être stigmatisés s'ils n'ont pas respecté les gestes barrière dans le cadre professionnel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess