Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : la ruée vers les psychologues du Pays basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Cela fait bientôt un an que la pandémie de coronavirus impacte nos vies. Une pandémie qui dure, et qui devient de plus en plus pénible moralement pour certaines personnes qui viennent en masse prendre rendez-vous dans les cabinets de psychologie au Pays basque.

Les psychologues Emile Bec et Nicole Iriarte voient leurs cahiers de réservation exploser depuis deux mois
Les psychologues Emile Bec et Nicole Iriarte voient leurs cahiers de réservation exploser depuis deux mois © Radio France - Anthony Michel

Les réservations explosent dans de nombreux cabinets de psychologie du Pays basque. "J'ai environ cinq appels par jour pour de nouvelles prises en charge", constate la psychologue clinicienne Nicole Iriarte à Anglet. Depuis environ deux mois, elle remarque en effet une recrudescence des rendez-vous. "J'ai l'agenda plein jusqu'à la mi-mars" observe-t-elle. Nicole Iriarte explique d'ailleurs ne pas être la seule, et qu'avec de nombreux confrères sur une conversation de groupe, nombreux font le constat aussi d'avoir de énormément de rendez-vous en ce moment.

Une période anxiogène

Pour la psychologue angloye, il ne fait nul doute que la crise de la Covid-19 a un impact sur la santé mentale des gens. "Ils arrivent parce qu'ils n'en peuvent plus, ils sont fatigués le matin, ils ont quelques signes de déprime, plus de motivation, ils ne rient plus". Autant de symptômes pour la clinicienne qui témoignent de l'impact de la crise sanitaire. "Le confinement a créé un contexte singulier auquel on n'était pas habitué, on était un peu isolé, le télétravail, toutes ces nouvelles charges physiques, les gens ont beaucoup pris sur eux, ils ont beaucoup utilisé leur ressource individuelle psychique et ils sont épuisés" analyse Nicole Iriarte. "Les gens manquent de dynamique individuelle, _ils n'ont plus de projet_, c'est très très anxiogène".

Un constat que partage son confrère le docteur psychothérapeute Emile Bec qui travaille principalement avec des familles et des couples. Il voit aussi "ce phénomène d'épuisement, avec des couples et des familles qui arrivent au bout de leur ressources, y'a un isolement dans l'isolement c'est à dire qu'on est tous chez soi, et qu'en famille on fini par s'isoler de cette sphère la, parce que chacun se repli".

Nicole Iriarte craint que cette tendance à l'augmentation du nombre de personnes prises en charge ne perdure avec une crise sanitaire qui n'est toujours pas prête de s'arrêter.

Garder un rythme constant

Pour préserver notre santé mentale, le Dr Andy Paul, psychiatre et co-référent de la cellule d'urgence médico-psychologique du centre hospitalier de la côte basque, préconise de garder un rythme constant et des rituels tels que les trois repas par jour, faire du sport. Pour garder un lien social, qui est également primordial, les réseaux sociaux et les appels visio sont un bon moyen.

Dr Andy Paul, psychiatre et co-référent de la cellule d'urgence médico-psychologique du centre hospitalier de la côte basque
Dr Andy Paul, psychiatre et co-référent de la cellule d'urgence médico-psychologique du centre hospitalier de la côte basque © Radio France - Oihana Larzabal

"Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide" — Dr Andy Paul, psychiatre et co-référent de la cellule d'urgence médico-psychologique de l'hôpital de Bayonne

Vous pouvez joindre cette cellule d'urgence médico-psychologique en composant le 05 59 44 41 30. Vous laissez un message avec vos coordonnés et l'un des trois psychologues et psychiatre vous recontacteront dans les 48 heures. Déclenchée au mois de mars au début de la pandémie, elle a déjà reçu une centaine d'appels.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess