Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : le commerce alimentaire de proximité à la campagne grand gagnant du confinement

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le Président de la République dévoile ce mardi les restrictions avant les vacances de fin d’année. Ce début de déconfinement se fera en trois étapes, du 1er décembre à début 2021. Une année particulière qui a permis aux consommateurs de redécouvrir le commerce alimentaire de proximité en campagne.

Jacques et Nina Dalla zanna gérants du Vival d'Olby dans le Puy de dôme
Jacques et Nina Dalla zanna gérants du Vival d'Olby dans le Puy de dôme © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

2020 annus horribilis pour l'économie française et le commerce en particulier qui fait partie des secteurs les plus touchés par les conséquences des deux confinements. Qui pourrait imaginer que cette pandémie a fait des heureux parmi les commerçants ? Gênés de l'avouer alors que la majorité de leurs confrères souffrent du manque à gagner lié à la fermeture de leurs établissements, les gérants de supérettes implantées à la campagne à proximité des villes ont vu leur chiffre d'affaires s'envoler. Tous reconnaissent une hausse entre 25 et 30%.

Un chiffre d'affaire en hausse de 25 à 30% depuis le début des confinements

Les restrictions sanitaires ont obligé les consommateurs à limiter leurs déplacements. Le télétravail s'est généralisé. Aline fréquente bien plus souvent que d'habitude le Vival de Nébouzat dans le Puy-de-Dôme. Elle est en télétravail et n'a plus besoin de prendre sa voiture pour faire ses courses. "C'est très pratique pour moi", explique t-elle, "en plus ça me fait plaisir et _je pense que je continuerais à aller dans les petits commerces de proximité après le confinement._" Martine à Orcines est du même avis. "Avec ces attestations, c'est une corvée de sortir, j'habite dans le coin et comme ça je ne vais pas à Clermont faire mes courses, en plus dans les supérettes, il y a de plus en plus de choses!"

Isabelle Hugon gérante du Vival à Nébouzat et Emeline son employée
Isabelle Hugon gérante du Vival à Nébouzat et Emeline son employée © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Les consommateurs redécouvrent le commerce de proximité

Ces confinements successifs ont été un révélateur pour les consommateurs qui vivent à la campagne. Ils découvrent ou redécouvrent la supérette de village qui souffre souvent d'une image vieillotte avec peu de produits et souvent très chers. "C'est vrai que nous sommes plus chers que les grandes surfaces", admet Saban Coprak, le gérant du Huit à 8 à Orcines dans le Puy-de-Dôme, "mais c'est parce-que nous proposons une offre diversifiée en vendant du gaz, la presse, la papeterie et même un point chaud, comme cela on peut faire face aux hypermarchés. En plus nous avons su nous adapter et nos magasins sont plus accueillants que dans le temps". 

Qualité et convivialité, ça pourrait être le slogan de ces supérettes de campagne. Les clients comme les commerçants rencontrés sont unanimes pour dire que le rapport avec le consommateur est différent. "On discute, on plaisante avec les gens et ils apprécient cette convivialité", explique Jacques Dalla Zanna, gérant du Vival d'Olby. Il conseille aussi sa clientèle et veille avec un soin particulier à la qualité de ses produits. "Moi je me suis spécialisé dans les fruits et légumes, je les sers moi-même comme ça personne ne les touche, alors que dans les grandes surfaces, chacun se sert et tout le monde touche tout avec les risques sanitaires que cela comporte; sans parler de la marchandise qui est vite abîmée." Reste à savoir si les consommateurs continueront à se rendre dans ces commerces de proximité après le déconfinement...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess