Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : le plus gros club sportif de Châteauroux s'attend à perdre jusqu'à 10% de licenciés

-
Par , France Bleu Berry

Le plus gros club sportif de Châteauroux, l'ASPTT Omnisports qui est aussi l'un des plus gros du département, s'attend à perdre entre 7% et 10% de licenciés pour l'année qui vient à cause des annulations de compétitions et des restrictions sanitaires dues au coronavirus.

L'entrée des terrains de l'ASPTT, au sud de Châteauroux.
L'entrée des terrains de l'ASPTT, au sud de Châteauroux. - Google street view

Entre "sept et dix pour cent de licenciés en moins". La campagne de prises de licences pour l'année qui vient a été lancée en septembre, après six mois de confinement puis de strict protocole sanitaire pour les clubs sportifs. A l'ASPTT de Châteauroux, le plus gros club omnisport de la ville, la campagne n'est pas encore tout à fait terminée, mais son président s'attend déjà à perdre jusqu'à une centaine de licenciés, sur les 1007 inscrits l'année dernière.

Le hand et le tennis, davantage touchés

"C'est moins au niveau des jeunes, où on n'a pratiquement aucune baisse, que des adultes", explique Bertrand Perrin. "Et c'est le hand et le tennis qui sont plus touchés", plus que la natation par exemple, "on ne se l'explique pas vraiment", s'étonne le responsable. "C'est peut-être l'incertitude quant à savoir si les tournois vont être maintenus ou pas. Il y a peut-être aussi la crainte que les cours de tennis ne ferment, et de ne pas pouvoir pratiquer".

Les sponsors plus réticents à sortir le chéquier

Pour le handball aussi, "la crainte, c'est peut-être de ne faire qu'une moitié de saison", alors que la reprise des championnats a été déjà décalée. Ils doivent reprendre ce weekend en amateur. Pour le club, qui compte deux salariés un temps placés en chômage partiel, la situation financière n'est pas catastrophique. Mais le président craint de manquer de trésorerie si la situation perdure, d'autant que les entreprises sponsors et partenariats, eux aussi ont réduit leurs budgets pour financer  les compétitions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess