Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le coronavirus est-il présent dans les eaux usées ? Une étude lancée en Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin

Le virus est-il présent dans les eaux usées ? Et si oui, est-il encore contagieux ? En Haute-Vienne, l'Inserm, le CHU de Limoges, l’Université et Limoges Métropole ont lancé une étude scientifique sur ce sujet. Elle va durer plusieurs semaines.

Les techniciens de Limoges Métropole vont effectuer des prélèvements dans différents points du réseau des eaux usées (image d'illustration)
Les techniciens de Limoges Métropole vont effectuer des prélèvements dans différents points du réseau des eaux usées (image d'illustration) - Catherine Aulaz

C'est une question qui se pose, à l'heure où l'on traque toutes les sources de contamination au coronavirus. Le virus est-il présent dans les eaux usées ? Et si oui, en quelle quantité, et est-il encore contagieux ? Voilà toutes les questions auxquelles une vaste étude scientifique lancée en début de semaine en Haute-Vienne, va tenter de répondre. 

Tous les types de contamination sont en effet aujourd’hui à l’étude,  dont la présence du Covid-19 dans les selles des personnes contaminées, ce qui implique donc sa détection dans les eaux usées.

Cette étude associe l'Inserm, le CHU de Limoges, l’Université de Limoges, et Limoges Métropole car c'est la Communauté Urbaine de Limoges qui a en charge l’assainissement de l'agglomération de la capitale limousine. C'est d'ailleurs Limoges Métropole qui effectuera les prélèvements.  

Des points du réseau d'eaux usées plus particulièrement ciblés

L'étude, menée par l’équipe RESINFIT (UMR INSERM 1092) de l’Université et du CHU de Limoges, a précisément pour objectif d’améliorer les connaissances sur la présence de fragments du coronavirus dans les eaux usées, en s’attachant à des points du réseau présumés "forts contributeurs": hôpitaux, établissements pour personnes âgées. Limoges Métropole va d'ailleurs réaliser ses prélèvements d'eaux usées dans différents points du système d'assainissement collectif, notamment au niveau de branchements de rejets spécifiques d’établissement d’hébergement pour personnes âgées.

Il s'agira ensuite de comparer les génomes viraux émanant des centres de traitement, de quantifier l’efficacité des stations d’épuration et d'estimer la dissémination du virus. Les scientifiques pourront ensuite vérifier, en fonction des résultats, le caractère infectieux ou pas des eaux usées, et mettre en place, le cas échéant, un outil de surveillance.

Les premiers prélèvements ont débuté en début de semaine et sont pratiqués par des agents de la régie d'assainissement de Limoges Métropole "déjà aguerris aux accès dans ces ouvrages et au risque biologique" indique la Communauté Urbaine de Limoges. Ces prélèvements seront effectués tous les 15 jours, pendant une durée test de deux mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess