Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : les Berrichons plutôt favorables à des confinements régionalisés

-
Par , France Bleu Berry

L'épidémie de coronavirus semble reprendre de la vigueur dans certaines régions de France, par exemple, les Alpes-Maritimes ou Dunkerque, où des confinements sont mis en place le week-end. Dans l'ensemble, les Berrichons sont plutôt favorables à ces restrictions localisés.

La question d'un troisième confinement divise. Image d'illustration.
La question d'un troisième confinement divise. Image d'illustration. © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Faut-il confiner toute la France, ou seulement les territoires où le coronavirus circule très fortement ? Ce jeudi soir, Jean Castex le Premier ministre a annoncé dans une conférence de presse que de nouvelles mesures pourraient être prises le 6 mars dans 20 département où l'épidémie circule fortement. Des confinements locaux ont d'ores et déjà été annoncés à Dunkerque ou dans les Alpes-Maritimes par exemple. 

Des tours de vis sanitaires "sur-mesure", en fonction des zones les plus touchées qui divisent les Berrichons. "Je pense que cela ne suffit pas, il faudrait tous nous reconfiner un bon coup, tout le pays, pour 15 jours par exemple, histoire de faire redescendre la pression", commence Isabelle. 

Le confinement national, seul arme contre l'épidémie ? 

Pour elle, le confinement régional n'est pas suffisant. "Sincèrement, je ne le pense pas, par exemple, rien n'empêche de se rendre ou de quitter une ville confinée, donc rien n'empêche que le coronavirus circule malgré tout"", continue-t-elle. Un avis mitigé sur la pertinence du confinement régional, partagé par Kylian, habitant de Châteauroux. 

"Le Covid, je l'ai eu, c'est quelque chose de très virulent", explique le trentenaire, en faveur d'un confinement national. "Un confinement similaire à celui que nous avons vécu au printemps 2020 serait une bonne chose, cela a permis de redresser la barre et de faire baisser la circulation de l'épidémie", assure-t-il. "Pourtant, je suis _commerçant_, ce n'est pas du tout dans mon intérêt de vous dire ça, mais je pense que c'est la bonne solution", décrypte Killian. 

La pertinence de restrictions adaptées à la réalité sanitaire des territoires

Pour d'autres habitants de l'Indre, au contraire, les confinement locaux ont le mérite de s'adapter à la situation sanitaire des régions ou des départements concernés. 

"Sincèrement, je pense que c'est une bonne chose, pourquoi faudrait-il confiner Châteauroux simplement parce que la situation sanitaire est mauvaise à Dunkerque ? Cela n'a pas beaucoup de sens selon moi", confie Arnaud. "Les confinements régionaux font moins de mal à l'économie et sont plus simples à accepter je pense", continue-t-il. 

L'argument de la préservation de l'économie fait aussi mouche chez Jérôme, "on a vu les dégâts des deux premiers confinements, une solution plus locale permettrait de limiter la casse"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess