Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : Paris dénonce une pénurie criante de vaccins

-
Par , France Bleu Paris

L'adjointe à la Santé d'Anne Hidalgo, Anne Souyris, dénonce ce jeudi un déploiement "totalement insuffisant" de la vaccination. Selon elle, la Ville a reçu finalement deux fois moins de doses que prévu et à partir du 8 février seuls seront admis les patients pour les deuxièmes injections.

Un centre de vaccination Covid-19 dans le 13ème arrondissement à Paris
Un centre de vaccination Covid-19 dans le 13ème arrondissement à Paris © Maxppp - Delphine Goldsztejn

"Nous sommes face à une pénurie criante" dénonce Anne Souyris. Et l'adjointe à la Santé à la Ville de Paris avance des chiffres effectivement sans appel. Aujourd'hui la capitale compte 19 centres de vaccination qui réalisent chacun entre 300 et 600 injections par semaine. "C'est largement insuffisant" défend Anne Souyris, "d'autant que c'est bien en-dessous du premier cahier des charges que nous avait présenté l'Agence régionale de Santé". 

Selon l'adjointe, cette première mouture prévoyait 1.200 vaccinations par semaine et par centre et 25.000 vaccinations par semaine. "C'est ainsi que nous avions pensé nos centres et au moment où nous allions les ouvrir  nous avons sur que nous n'aurions pas plus de 1.000 doses par semaine. Cela n'était déjà pas assez, et cela a été drastiquement réduit". Une décision d'autant plus dommageable, estime Anne Souyris que Paris "compte un nombre important de seniors" et que 30% de la population francilienne non parisienne fait appelle au système de soins de la capitale.

Plus de nouveau patient à partir du 8 février

Et les choses ne semblent pas en voie de s'améliorer, si l'on en croit l'adjointe : "nous aurons un problème supplémentaire dans les semaines à venir puisque l'Agence régionale de santé nous a dit hier qu'à partir du 8 février nous n'aurons plus que de quoi faire des secondes injections et plus de doses pour commencer à vacciner de nouvelles personnes."

Réaction de l'Agence régionale de Santé à venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess