Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : à Paris, la ville a bataillé pour que les clubs restent ouverts aux mineurs

Ce samedi, la préfecture de police de Paris a fait marche arrière dans le dossier des activités sportives suspendues aux mineurs en clubs. La mairie annonce que le préfet va modifier son arrêté. Pierre Rabadan l'adjoint aux sports revient sur cette cacophonie qui a mis en émoi les clubs.

L'adjoint aux sports de la ville de Paris a été en première ligne dans les tractations avec la préfecture de police
L'adjoint aux sports de la ville de Paris a été en première ligne dans les tractations avec la préfecture de police © Maxppp - LP/GUILLAUME GEORGES

Entre vendredi et samedi, les clubs sportifs parisiens sont passés par toutes les couleurs et les sentiments. Entre les préconisations annoncées vendredi par le Ministère des Sports et l'arrêté préfectoral de la préfecture de police de Paris, pas simple de s'y retrouver. L'arrêté demandait en effet le contraire du ministère sur la pratique du sport en club pour les mineurs et les athlètes de haut niveau.

La ville de Paris - qui est en "zone d'alerte renforcée"- est montée en première ligne pour demander à la préfecture de faire marche arrière. Après plusieurs heures de négociations, l'adjoint aux sports, Pierre Rabadan a annoncé que la préfecture allait modifier son arrêté préfectoral. Les mineurs vont pouvoir continuer à pratiquer en club. 

"Un oubli ou manquement de la préfecture"

Pierre Rabadan revient sur cette confusion, au micro de France Bleu Paris : "C'est un oubli ou un manquement de la préfecture. Dans leur arrêté, il n'était pas précisé que les gymnases et salles de sport étaient autorisés pour les mineurs, dans un cadre associatif. C'est cela qui a créé de l'incompréhension dans les clubs, car on a été obligés samedi de fermer les gymnases."

En résumé, les enfants et les adolescents peuvent continuer à pratiquer leur sport en club. En revanche, les personnes âgées de plus de 18 ans n'ont plus le droit d'accéder aux gymnases et aux salles de sport. Finis donc par exemple les cours de fitness, yoga, badminton ou escalade en intérieur. Les adultes doivent désormais se dépenser dehors.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess