Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : vers une fermeture des bars dans Paris et en petite couronne

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Nouveau tour de vis dans la capitale : face à la progression de l'épidémie du Covid-19, le gouvernement devrait annoncer ce dimanche soir la fermeture dès la semaine prochaine des bars à Paris. Les restaurants espèrent encore y échapper grâce à un protocole sanitaire renforcé.

.
. © Maxppp - Tatif/Wostok Press

Les dernières données de l'Agence régionale de santé (ARS) communiquées vendredi ne laissent guère d'espoir. Jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran avait accordé un "sursis" aux cafetiers parisiens avant de placer Paris et sa petite couronne en "alerte maximale", où se trouvent déjà Aix-Marseille et la Guadeloupe. 

Depuis, les indicateurs ne se sont pas améliorés. Le taux d'incidence dépassait toujours vendredi la barre des 250 pour 100.000 habitants à Paris - l'un des trois critères pour basculer en zone d'alerte maximale - se situant à 264 contre 261 jeudi.  Le taux d'occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19 s'élevait lui à 34,8% en Ile-de-France, au-dessus du seuil d'alerte maximale de 30%. 

Les chiffres sont là et ils pèsent lourd

"Je ne vois aucune raison au déni. Les chiffres sont là, ils pèsent lourd", a commenté Aurélien Rousseau, directeur général de l'ARS d'Île-de-France, ce dimanche matin sur Twitter.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Par conséquent, le gouvernement envisage de fermer totalement les bars parisiens, déjà contraints depuis une semaine à baisser le rideau à 22h00 dans la capitale. 

Si l'aggravation devait se confirmer, "nous n'aurions pas d'autre choix que de placer Paris et la petite couronne en alerte maximale et ce dès lundi", avait déclaré Olivier Véran jeudi, avant d'en décliner les conséquences : "plus de fêtes de famille, plus de soirées et la fermeture totale des bars". 

Selon un sondage Elabe pour BFMTV dimanche, 61% des Franciliens seraient favorables à la fermeture complète des bars à Paris et en petite couronne. 

Les restaurants espèrent encore échapper à ce sort après avoir proposé un contrôle sanitaire renforcé - prise de température des clients à l'entrée, recueil de leurs coordonnées et limitation des groupes de convives à huit - sur lequel le Haut Conseil de la Santé publique doit se prononcer. 

Pour le secteur, c'est un énième coup dur. Selon la principale organisation patronale, l'Umih, environ 15% des 220.000 entreprises du secteur - cafés, bars, hôtels, restaurants, brasseries, discothèques - pourraient mettre la clé sous la porte dans les mois à venir en France, et 220 à 250.000 salariés pourraient se retrouver au chômage. 

Les maires d'arrondissement sont convoqués lundi à 15h par Anne Hidalgo pour une réunion d'urgence sur les mesures à prendre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess