Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : il n'y aura pas de concerts-test à Marseille

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Les deux concerts-test envisagés à Marseille dans le cadre du déconfinement n'auront pas lieu. Le gouvernement ne valide pas les deux spectacles prévus au Dôme. Sur France Bleu Provence l'adjointe à la Santé, Michèle Rubirola, "ne comprend pas pourquoi" ce refus.

Le groupe IAM devrait participer à un concert test à Marseille
Le groupe IAM devrait participer à un concert test à Marseille © Radio France - Marc OLLIVIER

C'est un coup dur pour la ville de Marseille, les organisateurs et les scientifiques qui préparent depuis des mois des tests en vie réelle au Dôme. Les deux concerts envisagés avec un protocole sanitaire pour tester les risques de contamination dans la salle de spectacle marseillaise n'auront pas lieu selon Michèle Rubirola jointe ce mercredi par France Bleu Provence. L'adjointe à la Santé confirme une information de Marsactu. Le gouvernement n'accorde pas de dérogation pour les deux concerts au Dôme les 29 mai et 12 juin prochains. Le groupe de rap marseillais IAM devait monter sur scène. 

"Est-ce qu'ils ont vraiment compris la pertinence du projet marseillais ? - Michèle Rubirola, adjointe à la culture à Marseille

Michèle Rubirola ne comprend pas le refus du gouvernement. "Je pense que le projet n'est pas retenu pour des mauvaises raisons, assure l'élue marseillaise, sans avancer de "raisons politiques". "Est-ce qu'ils ont vraiment compris la pertinence de notre projet ? On ne comprend pas. Les présentations ont été faites à chaque étape aux trois ministères (Culture, Santé, Recherche) dès janvier avec approbation et encouragement. Vraiment, ils ont travaillé en lien étroit avec ces trois ministères. On donne les autorisations et maintenant, pouf (sic), la dérogation n'est pas donnée. Pourquoi ? Je ne comprends pas. C'est une amère déception de la part de toutes les équipes, de la ville de Marseille qui s'est engagée, les acteurs événementiels qui se sont mis en ordre de marche. Donc c'est un problème pour nous".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Je trouve que le gouvernement avance en aveugle" - Michèle Rubirola, adjointe à la culture à Marseille

Michèle Rubirola veut des explications  et promet de joindre le Premier ministre Jean Castex, pour avoir un éclairage sur ce qui motive le refus de l'exécutif. À Marseille, le projet ne prévoit pas de test-PCR négatif à l'entrée contrairement à Paris. Les étudiants sélectionnés seront testés avant le concert qui se déroulera en jauge réduite, assis avec masque obligatoire. Les spectateurs seront à nouveau testés à la sortie. Les résultats comparés diront s'il y a eu contamination pendant le concert. 

Pour Michèle Rubirola, la spécificité du test marseillais a motivé le refus du gouvernement. "À Paris, c'est une étude pour les grands événements. Le projet marseillais concerne des événements plus petits. Ça ressemblait à ce qui va se passer en réalité, la vraie vie. Quand on arrive quelque part, on ne sait pas si on est positif ou négatif. Or notre objectif, c'est de démontrer que, quand on respecte les mesures sanitaires, il n'y aura pas de risque d'augmentation d'attraper le Covid de plus de 2%. Les petits rassemblements sont laissés pour compte. Il n'y a aucune étude solide où le test à l'entrée n'est pas éligible. Là, je trouve que le gouvernement avance en aveugle sur ces situations plus fréquentes"

La déception marseillaise est d'autant plus grande que le gouvernement donne son feu vert pour des concerts-test à Paris et Montpellier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess