Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le surprenant portrait-robot des anti-masques Français

-
Par , France Bleu

Les opposants au port du masque obligatoire manifestent à San Francisco, Londres et Berlin. En France ils s’expriment essentiellement sur les réseaux sociaux. Qui sont-ils ? Une étude parue lundi dresse leur portrait-robot ; des militants atypiques et plus diplômés que la moyenne.

Qui sont les anti-masques ? Une première étude tente de définir ce mouvement balbutiant en France.
Qui sont les anti-masques ? Une première étude tente de définir ce mouvement balbutiant en France. © Radio France - Tony Selliez

La première étude consacrée aux anti-masques en France a été publiée lundi par la fondation Jean-Jaurès. Ces militants se caractérisent par une défiance "abyssale" envers les institutions, et une appétence pour les thèses complotistes

Le masque "un moyen d’asservir la population"

L’étude menée sur un peu plus d'un millier de réponses à un questionnaire en ligne recense les principaux arguments des opposants au port du masque obligatoire. Le masque serait "inutile", voire "dangereux". L’obligation de le porter dans les endroits clos et dans les rues serait un moyen "d'asservir la population, de la priver de sa liberté". L'épidémie de Covid serait terminée voire n'aurait jamais existé. Enfin pour 90% des répondants, "le ministère de la santé est de mèche avec l'industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins". 

Femmes, cadres, diplômées ayant la cinquantaine

Habituellement les adeptes des thèses complotistes sont "plutôt jeunes" et appartiennent "aux classes populaires", souligne l'étude. Et pourtant. Ici, les femmes sont surreprésentées (63%). L'âge moyen est relativement élevé, "cinquante ans", le niveau d'éducation est "assez haut" et la proportion de "cadres et professions intellectuelles supérieures" est également importante (36%) contre 23% d’ouvriers. 

Les auteurs de l’étude soulignent enfin qu’il existe une proximité avec le profil sociologique -âge élevé, niveau de diplôme élevé- des soutiens du professeur Didier Raoult.

Adeptes du Libertarisme

Ce profil atypique s'explique par l'adhésion de 95% des anti-masques présents sur les réseaux sociaux à un courant de pensée anglo-saxon, peu représenté en France : le Libertarisme. Ce courant de pensée est caractérisé avant tout par un refus très fort de tout contrainte de l'Etat et un attachement tout aussi fort aux libertés individuelles. 

Les anti-masques votent et manifestent peu

Politiquement aussi les anti-masques ont un profil singulier. Ils sont 36% à se dire de gauche, contre 46% de droite. Les anti-masques en Français votent peu. "18% se sont abstenus, 14% ont voté blanc ou nul et 10% n'étaient même pas inscrits sur les listes électorales". Ils manifestent rarement. Ca explique la faible mobilisation de la manifestation à Paris fin août avec pas plus de 300 manifestants.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess