Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : des masques de protection sont arrivés pour les surveillants de prison

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Des masques chirurgicaux ont été distribués, dans les établissements pénitentiaires du grand ouest. Si tous les surveillants en sont désormais dotés, seuls ceux en contact avec les détenus, seront contraints de les porter en permanence.

Les masques chirurgicaux ont été livrés aux surveillants des prisons du Grand Ouest
Les masques chirurgicaux ont été livrés aux surveillants des prisons du Grand Ouest © Maxppp - .

Cela faisait plusieurs jours que les syndicats pénitentiaires les réclamaient, ça y est ! Des masques chirurgicaux ont été distribués dans toutes les prisons du Grand Ouest. Désormais, tous les surveillants, en contact avec les détenus, devront les porter. Cela concerne aussi bien les agents d'étages, que les moniteurs de sport ou les agents de la fouille-vestiaire. 

Un masque par agent

Les stocks distribués (500 masques, ce vendredi, à la prison de Nantes), vont permettre d'équiper chaque agent pénitentiaire, d'un masque. Cependant, la durée de vie de ces masques, étant de six heures, les surveillants assurant des permanences plus longues, s'en verront remettre deux. Pour le service de nuit, les surveillants ne disposeront d'un masque, qu'en cas d'intervention en cellule, d'après le syndicat UFAP/UNSA Justice, qui regrette qu'aucune instruction d'emploi n'ait été présenté. Pour le syndicat, c'est "mieux que rien", même si l'inquiétude perdure chez les agents, qui s'inquiètent des délais de réapprovisionnement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu