Société

Craignez vous un repli identitaire des Alsaciens?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass vendredi 27 juin 2014 à 11:10

"Touche pas à l'Alsace", le slogan des manifestants anti-fusion
"Touche pas à l'Alsace", le slogan des manifestants anti-fusion © Radio France

Deux manifestations étaient organisées ce samedi à Colmar et Strasbourg contre la fusion des régions Alsace et Lorraine.

250 personnes à Strasbourg, 200 à Colmar : le succès de la manifestation contre la fusion Alsace-Lorraine a été mitigé ce samedi. Avec les drapeaux rouge et blanc et sous le slogan "touche pas à l'Alsace", le rassemblement se voulait apolitique. Mais plusieurs organisations appelaient à manifester : des membres de l'UMP comme Stéphane Bourhis, le parti autonomiste alsacien Unser Land, le mouvement régionaliste Alsace d'abord (fondé par un ancien du FN, Robert Spieler).

"L'objectif n'est pas de manifester des rancœurs locales, mais de lancer un signe fort à Paris" , d'après les organisateurs. La page Facebook "Non à la fusion d'Alsace Lorraine", a déjà réuni plus de 15.000 "j'aime".

Manif anti-fusion MT

Contre-manifestation à Strasbourg

Une contre-manifestation symbolique a réuni une vingtaine de personnes à Strasbourg à l'appel du collectif "Justice et Libertés" et du NPA67 pour dénoncer une "récupération politique" du mouvement par la droite et l'extrême-droite.

Manif anti-fusion PAF

 

Mais les manifestants de ce week-end ne sont pas les seuls à s'interesser à cette question de la fusion. Les présidents des conseils économiques, sociaux et environnementaux du Grand Est débattent lundi à Strasbourg de l'avenir des régions. "Il y a un réel besoin de réformer le pays" , souligne Marcel Czaja, le président du Ceser. "Il faut engager un dialogue avant de s'engager dans la réforme." Lundi après-midi, le CESAgora sera consacré à la réforme territoriale à la Maison de la région. Un débat sera ouvert au public sur des questions telles que : faut-il supprimer un niveau d’administration en France ? ou encore la taille des collectivités françaises est-elle suffisante pour garantir leur compétitivité dans le contexte européen et mondial ?

Autant de questions centrales pour l'avenir de la France selon Robert Herzog, professeur émérite à l'université de Strasbourg. Mais selon lui, la réforme territoriale présentée par le gouvernement ne permettra pas d'y répondre. "C'est se moquer du monde, ça n'est pas là qu'on fera des économies. On aggrandit seulement l'une des couches, mais il n'y a pas de simplification du millefeuille. Le plus grave, c'est que les vraies réformes ne se feront pas, or on est dans une situation dramatique."

Retrouvez l'interview en intégralité de Robert Herzog, professeur émérite à l'université de Strasbourg

INVITE FBA 7H15 FUSION - MF5 BF

Retrouvez l'interview en intégralité de Marcel Czaja, le président du Ceser

INVITE FBA 7H45 FUSION - MF5 BF