Société

Crest : la nouvelle rue nommée "Hélie de Saint-Marc" fait polémique

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 11 novembre 2016 à 21:31

Cérémonie, ce vendredi, à Crest pour dévoiler la plaque de la nouvelle rue au nom de "Hélie de Saint-Marc".
Cérémonie, ce vendredi, à Crest pour dévoiler la plaque de la nouvelle rue au nom de "Hélie de Saint-Marc". © Radio France - Mélanie Tournadre

Hervé Mariton, le maire de Crest dans la Drôme a baptisé, ce vendredi, une nouvelle rue du nom du commandant Hélie de Saint-Marc. Résistant, déporté, Hélie de Saint Marc était aussi militaire putschiste pendant la guerre d’Algérie. 80 habitants se sont rassemblés pour dénoncer cette plaque.

Hervé Mariton, le maire "Les Républicains" de Crest dans la Drôme a baptisé, ce vendredi 11 novembre, une nouvelle rue du nom du commandant Hélie de Saint-Marc, militaire mort en août 2013 à la Garde Adhémar. Cette nouvelle rue est située entre le supermarché Casino et le restaurant McDonald's. Le conseil municipal de Crest avait voté le nom de cette nouvelle rue il y a plusieurs mois.

Cérémonie pour rendre hommage au résistant

Une cérémonie a eu lieu, ce vendredi, devant la plaque au nom de Hélie de Saint-Marc. Plus de 150 personnes y ont assisté. "Hélie de Saint-Marc était un grand homme, résistant, déporté, qui aimait beaucoup la Drôme. Il est juste et bien que la Drôme lui rende hommage" explique le maire de Crest qui assume totalement le choix de son conseil municipal.

"Il est juste que la Drôme lui rende hommage"

La plaque de la nouvelle rue au nom de "Hélie de Saint-Marc" ; une décision du conseil municipal de Crest. - Radio France
La plaque de la nouvelle rue au nom de "Hélie de Saint-Marc" ; une décision du conseil municipal de Crest. © Radio France - Mélanie Tournadre

"Mon père est toujours resté debout, il a choisi l'honneur aux honneurs" explique, émue, Blandine de Bellecombe, la fille aînée d'Hélie de Saint-Marc. "Beaucoup de fausses informations circulent à son sujet".

"Mon père n'a jamais fait partie de l'OAS"

Contre-rassemblement pour dénoncer le militaire putschiste en Algérie

Grand-croix de la Légion d'honneur en 2011, Hélie de Saint-Marc ne fait pourtant pas l'unanimité. En 1957, pendant la Guerre d'Algérie, il était directeur de cabinet du Général Massu. Il a participé au putsch des généraux en Algérie et a été condamné à dix ans de prison pour ces faits.

Près de 80 personnes ont organisé, ce vendredi à Crest, un contre-rassemblement pour dénoncer cette plaque "Hélie de Saint-Marc". - Radio France
Près de 80 personnes ont organisé, ce vendredi à Crest, un contre-rassemblement pour dénoncer cette plaque "Hélie de Saint-Marc". © Radio France - Mélanie Tournadre

A deux kilomètres du lieu de la nouvelle plaque et de la cérémonie officielle, près de 80 habitants ont organisé un contre-rassemblement devant le monument de l'insurgépour dénoncer ce choix du conseil municipal de Crest. "Cette plaque me choque dans mes valeurs républicaine ;, cet homme a sûrement participé à la torture" explique Nadège, une des participantes.

"Hélie de Saint-Marc a soutenu et couvert la torture !"

François a fait la Guerre d'Algérie ; il a été appelé en tant que réserviste. A 84 ans, cet habitant de Crest a fait le déplacement pour dénoncer cette plaque et pour rendre homme au Général Jacques de Bollardière, militaire qui a refusé la torture pendant la Guerre d'Algérie. "J'aurais aimé que la municipalité nous demande notre avis et conseulte ceux qui ont vécu la Guerre d'Algérie avant de mettre cette plaque". "Hélie de Saint-Marc, sous les ordres du Général Massu a couvert la torture".

Cinquante-quatre ans après la fin de la Guerre d'Algérie, la tension reste très palpable. Ce vendredi, à Crest, il y a eu des échanges houleux lors de la conférence qui a suivi cette cérémonie entre ceux qui soutiennent cette plaque au nom de "Hélie de Saint-Marc" et ceux qui la dénoncent.

Reportage à Crest au coeur de cette polémique autour de la nouvelle plaque "Hélie de Saint-Marc".