Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Creuse : les infirmières libérales redoutent une deuxième vague épidémique

-
Par , France Bleu Creuse

Les mesures de précautions, mises en place dès le début de la crise sanitaire, sont toujours appliquées par les infirmières libérales. Près de deux semaines après le déconfinement, elles appellent à la prudence de tous pour éviter une deuxième vague épidémique.

Les infirmières appellent à la vigilance pendant le déconfinement (photo d'illustration)
Les infirmières appellent à la vigilance pendant le déconfinement (photo d'illustration) © Radio France - Clément Lhuillier

Le déconfinement ne signifie pas disparition du coronavirus : les infirmières libérales appellent à la vigilance de tous.  

Habitudes modifiées

Depuis le début de l'épidémie, les infirmières libérales n'ont pas cessé de travailler. Les habitudes professionnelles et familiales ont été profondément modifiées. Le port du masque et d'une blouse est devenu systématique pendant les visites au domicile des patients. Estelle Thoraval, infirmière dans le secteur de Bourganeuf, voit environ 40 patients par jour. De retour chez elle le soir, elle a également mis en place tout un procédé pour ne pas contaminer sa famille : "On se déshabille dans notre garage, on dépose les chaussures, on met tout de suite, on met tout de suite le matériel utilisé dans la journée à laver ou à la poubelle et on se douche plusieurs fois par jour," explique-t-elle. 

Crainte d'une deuxième vague 

Aujourd'hui ces précautions sont toujours appliquées car le virus continue de circuler. Les infirmières appellent donc à la prudence de tous : "Avec le déconfinement, les patients vont revoir leurs proches et leur famille, des personnes d'autres départements sont mobiles et ça multiplie les risques d'une deuxième vague. C'est ce qu'on craint." indique Estelle Thoraval. 

Charline Lamy effectue entre 50 à 60 passages par jour auprès des patients. Infirmière dans le secteur de Bonnat, elle constate un relâchement chez certains patients depuis le déconfinement. "On est assez inquiètes que l'épidémie reparte" dit-elle. "Vu qu'en Creuse, nous avons été assez épargnés, je pense que les gens se sentent moins vulnérables qu'ailleurs en France. Certes il y a moins de promiscuité chez nous mais ça ne veut pas dire que le virus circule moins bien." Elle attend avec impatience que les chercheurs trouvent un vaccin ou que le virus  s'éteigne de lui-même "mais cela reste des espérances" ajoute-t-elle. "J'espère aussi que tout le monde reste vigilant, en faisant attention à nous, on fait attention aux autres" conclut-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu