Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Creuse : les motards en colère manifestent, mais ne bâchent finalement pas de radars

samedi 13 avril 2019 à 20:59 Par Emeline Ferry, France Bleu Creuse

Ils avaient prévu de bâcher les radars de la N145, mais ont finalement renoncé face aux menaces de poursuites de la préfecture. Les motards en colère ont organisé une opération escargot pour protester contre les 80 km/h, la loi anti-casseurs, le contrôle technique pour les motos...

Les motards en colère ont manifesté ce samedi 13 avril à Guéret.
Les motards en colère ont manifesté ce samedi 13 avril à Guéret. © Radio France - Emeline Ferry

Guéret, France

Ils étaient entre 150 et 200 motards, mobilisés ce samedi 13 avril à Guéret. Des motards venus de la Creuse, mais aussi de Corrèze et de Haute-Vienne. Certains ont un gilet jaune sur le dos. Objectif : dire leur ras-le-bol de la limitation à 80 km/h, protester contre la loi anti-casseurs qui réduit la liberté de manifester, selon eux. 

Ils étaient aussi là pour montrer leur opposition à la mise en place d'un contrôle technique pour les motos, sujet contre lequel ils protestent depuis des années. "On ne veut pas du contrôle technique, on sait très bien que nos motos sont toujours bien entretenues. On n'a pas besoin d'un contrôle technique pour avoir encore un truc à payer. L'automobiliste est déjà une vache à lait, maintenant c'est le motard qui va le devenir", estime Jean-Louis, venu de l'Allier pour manifester à Guéret. 

Initialement, ils avaient prévu d'aller bâcher des radars sur la N145, et l'avait déclaré en préfecture. Mais juste avant le départ, changement de programme. "On maintient le passage devant les radars, mais on ne s'arrêtera pas et on ne les bâchera pas", explique Daniel Gargaud, ancien coordinateur de la FFMC 23 (Fédération française des motards en colère). 

La préfète leur a fait savoir que les gendarmes avaient ordre de verbaliser ceux qui s'arrêteraient sur la route ou bloqueraient la circulation. "On ne prend pas le risque", déclarent les organisateurs. Une annonce qui ne fait que renforcer la colère, explique Daniel Gargaud : "Plus les interdictions se font, soit à l'encontre des motards ou des usagers de la route, ou à l'égard de collectifs de gilets jaunes, ou de gens qui contestent, plus la répression est menée, plus la colère est grande"

Opération escargot

"On voulait juste bâcher des radars, pas les dégrader, pas les brûler, seulement mettre du film plastique autour. C'était une action symbolique, une protestation. À la fin de la manifestation, ils envoient une équipe de la municipalité et ils l'enlèvent tout de suite", estime Philippe Douillard, de la fédération de Limoges. 

Finalement, le cortège des motards a défilé en opération escargot dans le centre de Guéret, avant d'aller sur la N145, sans s'arrêter devant les radars. Ils ont aussi fait un arrêt devant la mairie, la préfecture et la permanence du député.