Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise de l'agroalimentaire breton : 15 millions d'euros promis par l'État

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel

Jean-Marc Ayrault a annoncé mercredi la mise en place d'un pacte d'avenir pour la Bretagne, en réponse à la crise de l'agroalimentaire dans cette région, touchée par de multiples plan sociaux. Le Premier ministre promet à la fois des mesures d'urgence, et des actions dans la durée.

Les salariés de Gad à Lampaul, lors d'un blocage du site, en septembre
Les salariés de Gad à Lampaul, lors d'un blocage du site, en septembre © Maxppp - MAXPPP/Davis Ademas

Entouré de pas moins de douze membres du gouvernement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a dirigé mercredi une réunion de crise décidée en urgence, sur le secteur agroalimentaire en Bretagne. A l'issue de cet entretien, il a annoncé un pacte d'avenir pour la Bretagne, à l'image de celui conclu en septembre avec la Lorraine pour aider cette région frappée par la désindustrialisation.

Parmi les mesures annoncées pour la Bretagne, 15 millions d'euros débloqués pour aider les entreprises agroalimentaires, et la reprise du site de l'abattoir Gad par la communauté de communes de Landivisiau.

Ras-le-bol des plans sociaux  

La suppression de près de 900 emplois à l'abattoir Gad dans le Finistère, en fin de semaine dernière, a été le plan social de trop pour les salariés du secteur. Avec Gad ainsi que les entreprises Doux, Tilly-Sabco et Marine Harvest, ce seraient selon les syndicats 8.000 postes qui disparaitraient dans un rayon de 50km. En Bretagne, l'agroalimentaire et l'agriculture représentent le tiers des emplois .

L'agroalimentaire breton en difficulté
L'agroalimentaire breton en difficulté

Une nouvelle journée de mobilisation a eu lieu mercredi, à l'appel notamment de l'association Produit en Bretagne qui regroupe 300 entreprises et représente plus de 100.000 salariés. A midi pile, des entreprises du secteur ont fait retentir leurs alarmes incendie, pour sonner le tocsin. Lundi, le ras-le-bol avait poussé environ 500 salariés bretons à manifester à Brest et à Morlaix.

La réponse du gouvernement

Le gouvernement a entendu cette colère, et comprend bien le danger de laisser toute une région s'enfoncer dans le marasme économique. Surtout à l'approche de deux échéances électorales en 2014 : les municipales et les européennes. Cette réunion à Matignon a été annoncée lundi dans la foulée des manifestations, et Jean-Marc Ayrault a voulu marquer le coup en mobilisant pas moins de 12 de ses ministres pour répondre à la crise.    La Bretagne attendait notamment un geste du gouvernement sur l'écotaxe poids-lourds . Ce nouvel impôt doit entrer en vigueur en 2014, et ce sera bien le cas confirme mercredi Jean-Marc Ayrault, même s'il dit vouloir étudier les situations particulières. Cette taxe coûterait à la région 60 à 80 millions d'euros chaque année selon l'Association pour le maintien de l'élevage en Bretagne (Ameb).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess