Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Crise des migrants à Paris : les ONG lancent un cri d'alarme

jeudi 17 mai 2018 à 6:05 - Mis à jour le jeudi 17 mai 2018 à 11:29 Par Martine Bréson et Vianney Smiarowski, France Bleu Paris

Une quarantaine de dirigeants d’associations et responsables syndicaux ont signé une pétition dévoilée ce jeudi. Les signataires demandent aux pouvoirs publics une mise à l'abri humanitaire d'urgence des migrants qui s'entassent à Paris.

Camp de migrants à Paris.
Camp de migrants à Paris. - AlFa92

Paris, France

Une pétition publiée ce jeudi pour demander une mise à l'abri rapide des migrants qui sont, à ce jour, 2400 à Paris, a été signée par plus d'une quarantaine d'associations et d'organismes. France Terre d'Asile et la Fédération des Acteurs de la solidarité (FAS) sont à l'origine de cette initiative. 

Parmi les signataires, avec Thierry Le Roy et Pierre Henry, président et Directeur général de France  Terre d’Asile : Paul Duprez, président et Bruno Morel directeur d’Emmaüs Solidarité, Jean-Jacques Eledjam, président de La Croix Rouge Française, Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde, Laurent Berger, secrétaire général  de la CFDT.

Vous pouvez, vous aussi, signer cette pétition.

Les associations ont décidé de se mobiliser 

"L’exigence de dignité, de simple humanité, de respect de nos obligations vis-à-vis du droit d’asile comme des droits fondamentaux de chaque être humain nous amène à demander aux pouvoirs publics une opération de mise à l’abri humanitaire d’urgence garantissant un hébergement digne dans la durée, avec accompagnement social et sanitaire. Laisser se détériorer cette situation ne peut être une option raisonnable en République", peut-on lire en préambule de la pétition. 

Les hommes s'entassent dans des tentes. - Aucun(e)
Les hommes s'entassent dans des tentes. - AlFa92

Pour les associations la situation n'est plus tenable et on s'oriente inévitablement vers un drame. Elles mettent en avant les tensions et l'extrême précarité qui règnent dans ces camps de migrants dans Paris. Elles estiment qu'aujourd'hui "La sécurité et la santé des personnes vivant sur les camps, mais aussi des acteurs associatifs et des riverains ne sont plus assurées".

Le Directeur général de France Terre d'Asile réagit jeudi matin sur France Bleu Paris

Pierre Henry estime que "Nous sommes dans une situation de totale indignité". Le ministère de l’Intérieur, qui est habilité à agir, ne bouge pas pour l’instant, indique le président de France terre d’Asile. Il pense que le ministère est "sur une position très idéologique. Il a décidé au mois d’août 2017 qu’il n’y aurait plus de grandes évacuations, qu’il fallait mettre un autre dispositif en place, selon lui, plus vertueux… Il a confié à la police le soin de disperser les flux depuis des mois et des mois". 

Le ministre joue sur les mots" 

Le Directeur général de France Terre d'Asile indique que le ministre "dit à la maire de Paris : si vous demandez une évacuation, on la fait tout de suite. En réalité, nous savons bien que la mise à l’abri ne va pas régler tous les problèmes… mais la mise à l’abri, ça s’impose en République". Les associations n’ont pas les moyens de mettre à l’abri 2400 personnes, indique Pierre Henry.

Camp de migrants à Paris. - Aucun(e)
Camp de migrants à Paris. - AlFa92

C’est de la responsabilité de l’Etat"

"Dans la cinquième puissance du monde, il n’est pas possible de tolérer des camps à ciel ouvert. C’est aussi un problème d’ordre public, c’est le bon sens que nous plaidons aujourd’hui. Nous n’avons pas le choix à moins de vouloir faire progresser, par ces images de chaos, de désordre, le populisme. Parce que, je vous le dis, ces images-là nourrissent le populisme en plus d’être indigne".

Le maire du 19e arrondissement en direct sur France Bleu Paris ce jeudi

François Dagnaud, maire du 19e arrondissement de Paris donne lui aussi de la voix pour demander une mise à l'abri des migrants.  Regardez son interview, il répond à Noé da Silva. 

Plus de 2380 personnes migrantes sont entassées dans des camps à Paris

Comment gérer l'arrivée et la présence de ces milliers de migrants qui s'entassent jour après jour dans la capitale. Ils seraient actuellement, selon l'association France Terre d'Asile, 2382 dans cinq camps. Cela fait plusieurs jours qu'Anne Hidalgo, maire de Paris, demande au gouvernement une mise à l'abri. Son appel est désormais relayé par la pétition des associations. La maire avait même écrit au Premier ministre mais elle n'avait pas réussi à se faire entendre. 

Des hommes souvent désespérés - Aucun(e)
Des hommes souvent désespérés - AlFa92

Des conditions de vie indignes

Le camp de migrants le plus important se trouve Porte de La Villette. Il compte plus de 1500 personnes. La plupart sont originaires de la corne de l'Afrique. Les conditions sanitaires sont effrayantes. Quelques sanisettes et un seul point d'eau pour tous. Le reporter de France Bleu Paris, Vianney Smiarowski, est allé à la rencontre de ces migrants. Omar, 27 ans un Somalien est dans le camp depuis 40 jours. Il lui a raconté les bagarres qui ont lieu tous les soirs, dit-il, sur fond d'alcool et de drogue. La santé des migrants est précaire. Quelques cas de gale ont été détectés et il y a des suspicions de tuberculose. Il y a eu une opération de dépistage mais l'information circule mal dans les camps.

Pour les associations la situation n'est plus tenable

Les associations sont présentes mais elles ont peu de moyens. Elles gèrent la situation comme elles peuvent en distribuant de la nourriture, des vêtements et des affaires de première nécessité. Elles apportent aussi une aide juridique. Leur constat est sans appel : la situation de ces hommes est "tout simplement indigne". Et toutes les associations sont d'accord pour dire que ce n'est pas tenable.

Des conditions sanitaires précaires. - Aucun(e)
Des conditions sanitaires précaires. - AlFa92

Les riverains des camps de migrants perdent patience

Dans le quartier de La Villette, les riverains se sentent impuissants face à ces camps qui grossissent chaque jour. L'agacement, la colère gagent les habitants qui évoquent le changement de visage de leur quartier. David, un restaurateur installé depuis une trentaine d'années tout près du canal constate que les clients sont moins nombreux. Certains comme Priscilla, maman de deux enfants, dénoncent des tensions de plus en plus fortes et elle se dit à bout de patience. Sanah, elle aussi maman de deux enfants, préfère rester positive même si ce n'est pas toujours facile. Quant à Lionel qui travaille dans le quartier, il confie son ras-le-bol.