Société

Crise des migrants: Dijon accueillera des Irakiens et des Syriens

Par Edouard Marguier, France Bleu Bourgogne samedi 12 septembre 2015 à 19:43

Environ 250 Dijonnais ont manifesté en faveur des migrants.
Environ 250 Dijonnais ont manifesté en faveur des migrants. © Radio France - Edouard Marguier

Le maire de Dijon était resté jusque là vague sur la question. Sa première adjointe a éclairci sa position en affirmant ce samedi que la ville était solidaire du gouvernement et qu'elle accueillera des migrants. Une annonce qui tombe le jour d'une manifestation de soutien aux sans-papiers.

La ville de Dijon a mis le temps, elle l'a finalement annoncé ce samedi. Des réfugiés syriens et irakiens seront accueillis dans la cité des Ducs de Bourgogne. La première adjointe au maire de la ville, Nathalie Koenders, a participé à la réunion des villes prêtes à accueillir des réfugiés. 700 maires français se sont retrouvés autour de Bernard Cazeneuve. "Il y avait aussi les maires de Chenôve et de Quetigny" précise la première adjointe. Il est encore trop tôt pour savoir quand et combien de migrants arriveront à Dijon.

"Nous sommes en train de répertorier avec les services sociaux qu'elles seraient les possibilités d'accueils pour ces migrants". Nathalie Koenders, première adjointe à la ville de Dijon. 

Manifestation en faveur des demandeurs d'asile

Cette annonce est arrivée, hasard ou pas, après la manifestation pour les sans-papiers, qui a réuni  250 Dijonnais sur la place de Libération ce samedi. Les associations alertent depuis plusieurs semaines sur leurs conditions d'hébergement. En particulier pour ceux qui squattent un bâtiment de l'impasse de Reggio à Dijon. "Ils sont une centaine actuellement, des hommes célibataires, nous les aidons mais nos capacités sont limitées" dit Dominique Petit de SOS Refoulement une association dijonnaise qui vient en aide au demandeurs d'asile. La municipalité a dit qu'elle ne les oubliait pas. "Avec responsabilité et humanité, on s'occupe  et on s'occupera encore des ces personnes qui viennent pour la majorité de la corne d'Afrique" a répondu la première adjointe.