Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Crise du porc | Nouvelle journée sous tension en Bretagne

vendredi 14 août 2015 à 8:40 Par Johan Moison et Pauline Kerscaven, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Les agriculteurs prévoient de se rassembler ce vendredi matin, à Plérin, dans les Côtes d'Armor. Si le marché au cadran ne se tient pas aujourd'hui, ils pourraient converger vers Rennes. La nuit passée, des actions ont déjà été menées en Bretagne.

La crise de la filière porcine provoque la colère des éleveurs (photo d'illustration).
La crise de la filière porcine provoque la colère des éleveurs (photo d'illustration). © MaxPPP

Avec la revalorisation du prix du kilo de porc, on croyait les manifestations agricoles terminées pour l'été. Mais elles reprennent. 

Ce jeudi, le marché au cadran de Plérin (Côtes d'Armor) a de nouveau été annulé car les deux gros industriels du secteur n'ont pas voulu y participer. "Trop cher le kilo à 1,40 euro" , disent-ils. Cette décision a provoqué la colère des éleveurs. 

"Feu de la détresse" près de Guingamp

Près de Guingamp, au rond-point de Kernilien, à la sortie de la RN12, des dizaines d'agriculteurs se sont réunis. Ils ont distribué des tracts puis, rejoints par des éleveurs de volaille et des producteurs de lait, les producteurs de porc ont allumé un énorme feu. 

Les éleveurs ont mis le feu au rond-point de Kernillien, près de Guingamp.  - Radio France
Les éleveurs ont mis le feu au rond-point de Kernillien, près de Guingamp. © Radio France - Johan Moison

Des roundballers, des palettes et des pneus ont servi à alimenter le brasier. La voie express a été bloquée durant quelques heures. 

A Morlaix, la RN12 bloquée

A Morlaix, ils étaient une centaine, toutes productions confondues, encadrés par environ 70 CRS. Dans un premier temps, les agriculteurs se sont rendus devant la permanence de Gwenegan Bui. Le député, en vacances, a annoncé qu'il les rencontrerait la semaine prochaine. 

Faute de trouver un interlocuteur, ils se sont ensuite rendus à la sous-préfecture puis sur le pont de Morlaix, celui de la voie-express. Ils ont bloqué la RN12 jusqu'à 1h30 du matin. Les producteurs ont notamment arrêté et vidé un camion contenant des produits venant de l'étranger.

"La folle", une truie taguée d'un drapeau français, a accompagné les agriculteurs durant tous leurs déplacements.  

PORC manif ENRO ok

Que va-t'il se passer aujourd'hui ?

Selon nos informations, le rendez-vous est donné à Plérin. Les agriculteurs de l'ouest breton pourraient s'y rendre en tracteurs et donc causer des ralentissements sur les routes. 

Si la cotation exceptionnelle n'a pas lieu aujourd'hui, les syndicats agricoles promettent de durcir le mouvement. Ils pourraient converger vers Rennes et manifester devant la préfecture de région. Le ministre de l'Agriculture, lui, tente de rassurer les agriculteurs. "La Cooperl et Bigard achèteront du porc, en dehors du marché."

Réaction AGRI le Foll ENRO

Pendant ce temps là, les porcs grossissent... 

Aurélien Corbel, 37 ans, producteur de porcs à Plélo, près de Saint-Brieuc, sera à Plérin aujourd'hui. Il produit 2 000 cochons par an et pour lui, par question de céder. 

Dans cette ferme de Plélo, 2 000 porcs sont produits par an.  - Radio France
Dans cette ferme de Plélo, 2 000 porcs sont produits par an. © Radio France - Mathilde Lemaire

Le problème dans la porcherie, c'est que la vie continue. "Le cochon c'est un cycle et c'est inquiétant parce que c'est du vivant, dit-il en désignant les porcelets. S'il y a des cochons qui entrent, il faut forcément qu'il y en ai à sortir."  

Plus de place, donc dans la porcherie, et plus de rentrée d'argent. En plus, Aurélien Corbel va sans doute devoir brader ses porcs. "S'ils grossissent, ils sont déclassés car ils sont trop gros. L'abbatoir demande une gamme de poids bien précise. Donc, en plus on est pénalisés. "

PORC conséquences porcheries

A cause de la crise, les cochons commencent à s'entasser.  - Radio France
A cause de la crise, les cochons commencent à s'entasser. © Radio France - Mathilde Lemaire