Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Crottes de chiens : nos toutous bientôt trahis par leur ADN !

mercredi 6 avril 2016 à 6:00 Par Violette Artaud, France Bleu Gironde

Retrouver le chien qui a fait caca devant votre porte grâce à son ADN ? Cela pourrait être possible ! Le laboratoire bordelais Animagene, à la pointe de l'étude génétique animale, vient de proposer à la mairie de Bordeaux, entre autres, un procédé qui permet de le faire.

Certaines villes espagnoles utilisent déjà le procédé
Certaines villes espagnoles utilisent déjà le procédé © Maxppp - Maxxpp

Bordeaux, France

Il vous sera peut-être bientôt possible de punir un chien qui a fait ses besoins sur votre perron ! Une idée du laboratoire bordelais Animagene.   Le principe est le suivant : les maîtres des chiens font une identification ADN chez le vétérinaire. Un kit est fourni aux agents municipaux qui recueillent l'ADN directement sur les crottes de chiens. La mairie envoie ensuite les prélèvements au labo. Il n'y a plus qu'à les confronter aux ADN recueillis lors de l'identification chez le vétérinaire.

 La brigade anti-chiens 

Concrètement, cela ressemble à une mallette d’agent secret. A l’intérieur, tout le nécessaire pour qu’une brigade verte passe à l’action : "Il suffit d'enfiler les gants et de procéder au prélèvement grâce à cet outil (sorte de coton tige), de le placer dans une éprouvette puis de l'envoyer au labo" explique l'un des membres de l'équipe qui a fondé ce projet. Car tout cela est sérieux. ! Antoine Doutremépuich est chargé de vendre ce procédé de détection aux mairies : "Les déjections canines constituent trois problèmes : les risques de transmissions de maladie, les accidents de glissade et elles véhiculent une mauvaises images de la ville" argumente-il.

"La solution pour les déjections de chiens ? Je l'ai dans la poche !"

Justement, sur les quais de Bordeaux, c'est l’heure de promener Kaya, un bébé labrador. Retrouver les chiens délinquants grâce à l’ADN ? Pourquoi pas, répond Vincent, son maître, mais à une condition. " Si cela peut rendre la ville plus propre cela peut être une bonne solution. Mais alors il faut que tous les propriétaires de chiens aillent faire identifier leur chien chez le vétérinaire, sinon ce ne serait pas juste" précise-t-il.

C'est un gag ?!
— Christophe

D'autres ont un avis plus tranché. Un peu plus loin, Christophe lit sur un banc avec son chien qui dort à ses pieds. L’ADN pour lutter contre les déjections canines sur la voie publique, il trouve ça carrément ridicule"C'est un gag ?!" s'exclame-t-il après un un grand rire. "On ne peut pas trouver d'autres application à l'ADN ?! La solution pour les déjections de chiens je l'ai dans la poche" poursuit-il en sortant un petit sac en plastique.

Katherine fait son footing. Derrière elle court une boule de poil. La jeune femme l’avoue : elle ne ramasse pas toujours les crottes de son compagnon à quatre pattes. Mais pour elle, le problème est ailleurs : "A bordeaux, il y a très peu de sacs plastiques mis à notre disposition, comme par exemple sur les quais, où tout le monde vient promener son chien" se plaint la jeune femme.

Trop cher, trop compliqué pour la mairie

Du côté de la mairie de Bordeaux en tout cas, on se dit peut enclin à utiliser ce procédé : "Trop cher et trop compliqué de faire une liste exhaustive de tous les chiens", nous dit Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine. D'autres villes, comme Naples ou Capri ont elles, opté pour cette solution. La municipalité de Bordeaux, elle, se dit peu encline à opter pour ce procédé.

►►► LIRE AUSSI | Identification ADN des crottes : "Il faut éduquer les propriétaires des chiens"