Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reims : un agent du CROUS sanctionné pour le vol de... deux cuisses de lapin

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu
Reims, France

Un agent du CROUS de Reims écope d'une sanction financière, une semaine sans salaire, après avoir reconnu le vol de deux cuisses de lapin dans les cuisines du Centre régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires. La CGT dénonce une sanction disproportionnée.

Un agent du Crous sanctionné pour le vol de deux cuisses de lapin à la cuisine centrale à Reims
Un agent du Crous sanctionné pour le vol de deux cuisses de lapin à la cuisine centrale à Reims © Maxppp -

"Il n'y a pas d'immunité ouvrière ! Quelle injustice !", déplore Laurent La Colla, du syndicat CGT, après la sanction en conseil de discipline d'un agent du CROUS de Reims (Centre régional des Œuvres Universitaires et Scolaires). Il a été sanctionné mardi 25 avril pour avoir volé deux cuisses de lapin qui venaient d'être préparées à la cuisine centrale. L'employé, chargé de livrer les repas aux différentes cafétérias du CROUS, a demandé au cuisinier de lui mettre les morceaux de lapin dans un récipient afin de les rapporter chez lui pour son repas du soir.

L'employé s'est fait prendre la main dans le sac, le 3 mars dernier, lors d'un contrôle inopiné de son chef de service. Convoqué par la direction, il a reconnu le vol et un mois plus tard a donc écopé d'une sanction en conseil de discipline : une exclusion temporaire d'une semaine et donc une perte de salaire de plus de 300 euros. L'agent qui lui a donné les cuisses de lapin a reçu un blâme.

Une bonne engueulade aurait suffit" - Laurent La Colla de la CGT

Le délégué CGT qui a refusé de siéger en conseil de discipline n'approuve pas le geste de l'employé, qui compte plus de quarante ans d'ancienneté et qui n' avait jamais fait parler de lui auparavant. Mais il déplore le manque d'indulgence de la direction du CROUS. "Une bonne mise au point pour ne pas dire une bonne engueulade aurait suffi", estime aujourd'hui Laurent La Colla.

L'agent est dans une situation financière difficile et la sanction ne peut que l'aggraver, plaide pour lui le syndicaliste Laurent la Colla. Une perte de quelques 300 euros sur un salaire net de 1.400.

Une sanction prise à l'unanimité

Du côté de la direction du CROUS, on insiste sur le fait que le vol a été reconnu et que la sanction a été prise à l'unanimité des représentants qui siégeaient en conseil de discipline. "Il n' a pas volé de la nourriture à jeter", précise la directrice du CROUS Magdalena Miatello, "mais bien des plats qui devaient être servis aux étudiants".

Par ailleurs, précise la directrice du CROUS , jamais elle n'a été alertée sur des difficultés rencontrées par ce salarié. Elle le regrette d' autant plus que des leviers et des mesures d'aides existent au sein du CROUS. Dons d'urgence, bons alimentaires voire plus. Le CROUS dispose d'un budget d'aide sociale de plus de 100.000 euros par an qui permet justement de venir en aide à des personnels en grande difficulté. Ainsi, le mois dernier, huit agents ont reçu des aides pour un montant total de quatre mille euros.

Le salarié sanctionné peut aujourd'hui faire un recours gracieux auprès de la direction du CROUS ou bien appel de la sanction devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess