Société

Crowdfunding : l'école vétérinaire de Toulouse veut sauver ses maquettes anatomiques d'exception

Par Stéphane Garcia, France Bleu Toulouse et France Bleu vendredi 5 mai 2017 à 6:00

Le cheval, qui mesure 1m50 au garrot, a été créé en 1851 par le Docteur Louis Auzoux
Le cheval, qui mesure 1m50 au garrot, a été créé en 1851 par le Docteur Louis Auzoux © Radio France - Stéphane Garcia

L'université Paul Sabatier et l'École Nationale Vétérinaire de Toulouse ont lancé une campagne pour restaurer une collection sur l'anatomie du monde animal datant du XIXe siècle. Plus qu'un support scientifique, ces maquettes font partie du patrimoine toulousain.

L'Ecole Vétérinaire de Toulouse lance un appel aux dons. Une campagne de crowfunding qui vise à restaurer les maquettes du Dr. Auzoux (un célèbre professeur du XIXe siècle). Des créations d'écorchés grandeur nature reproduisant fidèlement l'anatomie grâce à du papier mâché moulé. Particularité supplémentaire : ces maquettes sont entièrement démontables, car elles sont réalisées d’abord pour l’étude des corps.

Une maquette de cheval unique

Ces créations sont toutes des pièces uniques. La maquette d’un dindon, d’un œuf, mais surtout la reproduction d’un cheval. Un canasson écorché de 1m50 au garrot. Une maquette d'une précision remarquable. Un minutieux travail dans la réalisation des réseaux de vaisseaux, obtenus grâce à des fils métalliques tressés. Le travail de peinture également surprend par la finesse des traits et le réalisme du rendu des fibres musculaires, du bout du nez jusqu'au sabot.

La sculpture reproduit quasiment à taille réelle un cheval avec tous ses muscles, ses os, articulations et tendons.  - Radio France
La sculpture reproduit quasiment à taille réelle un cheval avec tous ses muscles, ses os, articulations et tendons. © Radio France - Stéphane Garcia

Objectif : 25.000 euros

Des maquettes de chevaux comme celle là il n'y en a plus que deux en France (Lyon et Toulouse). Problème : avec le temps la peinture s'efface petit à petit, les parties en fer s'oxydent, les pièces du puzzle ne s’emboîtent plus aussi facilement. C'est ce qui fait que cette pièce est unique en son genre et qui, au-delà de l’aspect scientifique, fait partie du patrimoine. D’ailleurs, à terme, l’école vétérinaire souhaite l’inscrire aux monuments historiques, ce qui leur permettrait de bénéficier, entre autres, de subventions pour continuer à conserver ces trésors.

Giovani Mogicato : "Cette maquette représente un cheval et toutes ses particularités physiques avec une précision extrême..."

L’objectif cette campagne de financement participatif est de récolter la somme de 25 000€, en trois paliers. Un premier à 8.500€ qui permettrait de restaurer les maquettes de dindon et l’œuf, ainsi qu’une partie du cheval. Un deuxième à 15.000. Enfin, le troisième palier à 25.000 permettrait de restaurer complètement le canasson.

Les vaisseaux sanguins (en bleu foncé) et les nerfs (en blanc) ont été reproduit avec des fils de fer tressés. - Radio France
Les vaisseaux sanguins (en bleu foncé) et les nerfs (en blanc) ont été reproduit avec des fils de fer tressés. © Radio France - Stéphane Garcia