Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cryptosporidiose : l'eau du Foulon imbuvable jusqu'en avril

-
Par , France Bleu Azur

L'eau du Foulon, qui alimente Grasse et neuf communes environnantes, ne sera pas désinfectée avant le mois d'avril. Une usine de traitement aux rayons ultra-violets va être installée. Les travaux commencent ce mardi.

30 000 foyers seront privés d'eau potable jusque début avril
30 000 foyers seront privés d'eau potable jusque début avril © Maxppp - Simon Daval

Grasse, France

La source de l'eau du Foulon, contaminée depuis le mois de novembre, ne sera totalement désinfectée qu'au mois d'avril. La technique de traitement au chlore utilisée jusqu'à présent n'est pas efficace pour lutter contre le cryptosporidium. Une unité de traitement aux rayons ultra-violets va être installée mais les travaux dureront plusieurs mois. 

L'eau de Grasse et de certaines communes restera non potable d'ici là. Depuis la contamination, une partie des foyers a été raccordée à une autre source d'eau potable mais 50 000 foyers ne peuvent toujours pas boire l'eau du robinet

Une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui

Stéphane Cassarini et Myriam Lazreug, deux opposants grassois, ont porté plainte pour absence de protection de la source du Foulon et mise en danger de la vie d'autrui. 

Depuis 2010, la loi du code de santé publique impose effectivement aux municipalités la mise en place d'un périmètre de protection des zones de captage. Un périmètre interdisant la présence humaine et animale entre autres. 

"Quand il pleut sur la zone de captage, l'eau s'infiltre et ressort au niveau de la source. Si un animal porteur du parasite laisse des matières fécales sur la zone la source est contaminée" explique Stéphane Cassarini. 

"C'est un manquement de la mairie qui a entraîné la contamination de plus d'une centaine de personnes dans le pays grassois au mois de novembre dernier", insiste le candidat aux municipales. 

Le Syndicat des Eaux du Foulon hors la loi

Le directeur général du Syndicat des Eaux du Foulon (SIEF), Cédric Diaz, lui répond : "Oui nous sommes hors la loi, c'est avéré. Mais la responsabilité n'incombe pas au maire de Grasse, Jérôme Viaud. C'est le syndicat créé en 2017 qui a l'obligation d'installer ce périmètre."

"Nous n'avons pas attendu Stéphane Cassarini et Myriam Lazreug pour prendre des mesures. Depuis deux ans nous travaillons à régulariser cette situation mais les procédures sont longues." 

Les travaux d'installation du périmètre ont débuté mercredi dernier, le 22 janvier. 

Une unité de traitement de l'eau aux ultra-violets

Autre problème soulevé par cette contamination : le dispositif de traitement des eaux n'est pas suffisant. Jusqu'à présent l'eau du Foulon est traité par le chlore. Or, la bactérie cryptosporidium y résiste. 

Le SIEF entreprend l'installation d'une unité de traitement aux rayons ultra-violets. Les travaux débutent ce mardi 28 janvier et devraient durer jusque début avril. D'ici là, l'eau du Foulon ne sera toujours pas potable. 

Depuis le mois de novembre certains foyers ont été raccordé à une autre source d'eau potable. A ce jour, 50 000 foyers sont encore privés d'eau potable. 

Le syndicat espère étendre ce raccordement à 20 000 foyers supplémentaire d'ici trois semaine. "30 000 foyers resteront donc privés d'eau potable jusqu'à la décontamination totale de la source début avril", informe Cédric Diaz. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu