Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

CTM de Rosnay : "Nous sommes prêts à transmettre l'ordre de feu nucléaire présidentiel à tout moment"

jeudi 17 janvier 2019 à 11:40 Par Isabelle Gaudin, France Bleu Berry

France Bleu Berry proposait ce jeudi une matinale exceptionnelle en direct du Centre de transmissions de la Marine nationale de Rosnay. Un site ultra sécurisé dont la mission est de relayer les messages aux sous-marins nucléaires français.

France Bleu Berry est la première radio à avoir fait une matinale spéciale en direct du Centre de transmissions ultra secret de la Marine de Rosnay
France Bleu Berry est la première radio à avoir fait une matinale spéciale en direct du Centre de transmissions ultra secret de la Marine de Rosnay © Radio France - Régis Hervé

Rosnay, France

Pour la première fois, une radio a pu faire une émission en direct du Centre de transmissions de la Marine de Rosnay. France Bleu Berry était en matinale spéciale ce jeudi avec de nombreux invités pour parler de ce site ultra secret. A l'intérieur, l'on trouve notamment un bunker qui renferme les émetteurs transmettant les messages aux sous-marins. Il est conçu pour résister à une attaque nucléaire. Parmi les invités exceptionnels de cette matinale, le Capitaine de frégate Jean-Philippe Anché, commandant du CTM de Rosnay. 

Qu'est-ce-que font des marins au coeur de la Brenne ?

"Notre mission est de transmettre les informations dont les sous-marins français qui sont en mer ont besoin. La Marine nationale possède dix sous-marins : quatre SNLE, des Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins, qui assurent en permanence la mission de dissuasion et six SNA, les Sous-marins Nucléaires d'Attaque. Les SNLE ont des noms un peu guerriers, "Terrible", "Téméraire", "Triomphant" et les SNA ont plutôt des noms de pierres précieuses, "le Rubis", "l'Améthyste"... "Le Rubis" et "le Casabianca" ont des noms historiques importants pour la Marine française."

Quelles sont vos missions ? 

"Je suis un facteur, je ne vois pas ce que je transmets. Ma mission numéro une, c'est d'être prêt à tout moment à transmettre l'ordre d'engagement, l'ordre de feu nucléaire du Président de la République de manière à maintenir la crédibilité de la dissuasion. Au quotidien, je transmets aux sous-marins les informations dont ils ont besoin, opérationnelles, administratives ou familiales."

Pourquoi être installé ici en Brenne ?

"Pour fabriquer un signal radio de bonne qualité il est important d'être sur un sol qui est bien conducteur et le sol de la Brenne est marécageux et donc très favorable. Il faut se remettre aussi dans le contexte de la construction du CTM, fin des années 60 début des années 70. On est en pleine Guerre froide. Protéger le CTM dans un endroit très isolé, c'est beaucoup plus facile que si on avait des barres d'immeubles tout autour de la base."

Combien de personnes travaillent à Rosnay ? 

"Nous sommes environ 190 au quotidien, 160 militaires et une trentaine de civils. J'ai plusieurs dizaines de fusiliers marins qui assurent la protection du site, des gendarmes maritimes également qui font le filtrage de l'entrée du CTM et contrôlent toutes les personnes étrangères qui veulent rentrer sur la base. J'ai aussi un noyau de spécialistes des transmissions. Et je dois être autonome, donc capable de fonctionner en permanence, en cas de crise, de panne, d'attaque... J'ai donc des spécialistes, des mécaniciens, des techniciens pour fournir à la base de l'énergie en toute autonomie."

Le Centre de transmissions de la Marine de Rosnay est ultra sécurisé - Radio France
Le Centre de transmissions de la Marine de Rosnay est ultra sécurisé © Radio France - Régis Hervé

Vous avez beaucoup navigué dans les sous-marins, quel est votre parcours ?

"J'y ai consacré effectivement l'essentiel de ma carrière. J'attaque ma 40e année de service. Je suis entré dans la Marine en 1978 comme matelot. J'étais officier marinier, - ce sont les sous-officiers de la Marine - pendant une dizaine d'années, avant d'accéder au statut d'officier. J'ai navigué quelques années sur les bateaux de surface et beaucoup sur les SNLE, ces sous-marins partent de Brest et rentrent à Brest. Et je ne vous dirai pas où patrouillent ces sous-marins nucléaires, car leur métier c'est d'être discrets ! Comme tous les marins, j'ai alterné les postes embarqués et les postes à terre. Pour vous donner un ordre de grandeur, je totalise environ 23.500 heures de plongée à bord de sous-marin, ce qui fait que j'ai passé à peu près, deux ans et demi de ma vie sous l'eau. "

Pour un marin, ce n'est pas une punition de commander le CTM de Rosnay ? 

"C'est un honneur pour moi de commander le CTM. Nous sommes le centre le plus ancien et le plus puissant, mais il existe d'autres centres de transmissions, à Sainte-Assise en région parisienne, France sud à Villemagne près de Carcassonne, et au bord de la mer à Kerlouan au nord de Brest."