Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cyclisme : l'ancien directeur sportif de Marion Sicot suspendu pour "harcèlement sexuel"

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu, France Bleu Orléans

Après le témoignage de la cycliste originaire de l'Indre Marion Sicot, une procédure disciplinaire avait été ouverte contre Marc Bracke pour des faits de harcèlement sexuel. Cet ancien directeur sportif a finalement été sanctionné. Il est suspendu de toute fonction pendant trois ans.

Marion Sicot, chez elle, dans le Loiret, le 23 juin 2020
Marion Sicot, chez elle, dans le Loiret, le 23 juin 2020 © Radio France - Johan Gand

La prise de parole de Marion Sicot n'aura pas été vaine. La cycliste originaire du Blanc, dans l'Indre, avait dénoncé des faits de harcèlement sexuel de la part du directeur sportif de son ancienne équipe. Ce mercredi, l'Union cycliste internationale annonce la suspension de toute fonction du cyclisme de Marc Bracke pour une durée de trois ans. La mesure entre en vigueur avec effet immédiat. Après cette suspension, il devra suivre un programme de sensibilisation au harcèlement s'ils souhaite obtenir une nouvelle licence. "Cela avance et ça fait du bien", réagit Marion Sicot sur sa page Facebook.  

Des photos en sous-vêtements demandées par le directeur sportif

Marion Sicot accusait Marc Bracke de lui demander des photos d'elle en sous-vêtements. La raison invoquée était de contrôler le poids et la forme physique de la sportive. Mais l'athlète évoquait une "pression malsaine" et affirmait avoir été mise à l'écart de l'équipe au moment où elle n'envoyait plus de photos. "Mon ancien manager me demandait des photos en sous-vêtements, devant et derrière, tous les lundis. Et puis ensuite, il a voulu des photos en string, beaucoup plus intimes", explique Marion Sicot.

En septembre 2019, la cycliste du Blanc apprenait qu'elle avait été été testée positive à l'EPO, un produit dopant, à l'occasion des championnats de France. Quelques semaines plus tard, elle avait reconnu avoir pris ces produits face aux pressions exercées par son directeur sportif. Une plainte avait également été déposée par Marion Sicot, ce qui avait déclenché l'ouverture d'une enquête de justice. Elle est toujours en cours. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess