Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

D'où vient la bombe qui doit être déminée dimanche à La Ricamarie ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est une bombe de la seconde guerre mondiale, datant du bombardement de l'usine Nadella, qui doit être déminée dimanche à La Ricamarie. Un vaste périmètre de sécurité sera mis en place.

La ville de La Ricamarie après le bombardement de 1944
La ville de La Ricamarie après le bombardement de 1944 © Radio France - Mathilde Montagnon

Une importante opération de déminage est prévue dimanche à La Ricamarie. Il s'agit de neutraliser et de déplacer une bombe de 500 kg découverte en avril 2020 dans la commune. 

Un périmètre de sécurité couvrant une partie de La Ricamarie et une partie du Chambon-Feugerolles sera mis en place dimanche. 1.800 personnes devront évacuer la zone pendant les opérations. La circulation routière et ferroviaire sera interrompue sur la nationale 88, sur la ligne SNCF et sur la ligne M1 de la STAS.

le périmètre d'évacuation pour le déminage du 4 juillet, au Chambon-Feugerolles.
le périmètre d'évacuation pour le déminage du 4 juillet, au Chambon-Feugerolles. - Mairie du Chambon-Feugerolles

Une bombe datant de la seconde guerre mondiale

Cette bombe de 500kg a été découverte l'an dernier lors de travaux de terrassement dans le quartier de Montrambert. Il s'agit d'une bombe qui avait été larguée par l'aviation alliée dans la nuit du 10 au 11 mars 1944 sur l'usine Nadella de La Ricamarie mais qui n'a pas explosé.

"L'usine Nadella fabriquait des roulements à aiguilles et des roulements à billes pour les chars d'assaut allemands, détaille Alain Conorton de la Société d'histoire de la Ricamarie. Donc les anglo-américains ont décidé de détruire cette usine. Elle aurait du être détruite par les maquis. Mais le problème c'est qu'il y avait deux maquis qui étaient un peu en opposition dans la vallée de l'Ondaine. Ce qui fait que les Anglais ont décidé de bombarder". 

Des milliers de kilos de bombes sont largués. L'usine Nadella est réduite en cendres mais pas seulement. L'usine Jacquemont qui fabriquait des boulons est partiellement détruite ainsi que de nombreuses habitations. 51 personnes sont tuées à La Ricamarie, 8 au Chambon-Feugerolles, plus de 80 sont blessées et on recense 700 sinistrés.

D'autres bombes pourraient encore être découvertes

Pour Alain Conorton il n'est pas très étonnant d'avoir retrouvé une bombe dans ce quartier de Montrambert. Il y en a sans doute d'autres. "C'est pas les premières qu'on découvre et vu l'état du quartier après le bombardement, c'est obligé qu'il en reste. Elles n'ont pas toutes explosé. La c'est à cause des travaux qu'on l'a découverte. Mais il y avait une école dessus pendant une cinquantaine d'années". 

En février dernier, une bombe au phosphore de 200 kg a été découverte à la Ricamarie.  Mais cette fois l'engin avait pu été transporté et neutralisé par le service de déminage.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess