Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dabo : environ 400 kg de miel volés dans des ruches

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Des centaines de kilos de miel ont été volés au coeur de l'été dans des ruches du sud mosellan, autour de Dabo. A 19 euros le kilo de miel de sapin, le préjudice se chiffre en milliers d'euros pour la famille Limon.

La famille Limon possède quelques 600 ruches, dispersées en Lorraine.
La famille Limon possède quelques 600 ruches, dispersées en Lorraine. © Radio France - François Pelleray

Daniel Limon, apiculteur à Dabo, estime que 400 kg de miel ont disparu cet été dans ses ruches autour de Dabo. A 19 euros le kilo de miel de sapin, cela représente une valeur de 7.600 euros. Les gendarmes de Phalsbourg mènent l'enquête. Les vols sont courants, mais Daniel Limon n'avait jamais subi un tel préjudice. Ce sont des casiers au-dessus des ruches qui ont disparu, les ruches et les abeilles sont restées sur place.

De la bouillie d'abeilles (Daniel Limon)

Daniel Limon a ressenti ce vol comme s’il s’agissait du cambriolage de sa maison. "Et puis, le ou les auteurs ont massacré les abeilles, certaines ont été écrasées. Ils ne font pas dans la dentelle, ils arrachent les casiers de miel, ils font de la bouillie d’abeilles en même temps".

Pour Daniel Limon, le ou les auteurs sont "forcément des apiculteurs, même amateurs. Il faut être équipé pour approcher des ruches et il faut du matériel également pour récolter le miel sur les plaques d'alvéoles". 

Bonne récolte 2018

Il est possible de décourager les voleurs en installant des pièges photographiques. Des appareils qui se déclenchent dès qu'il y a du mouvement. Mais ce n'est pas toujours fiable aux yeux de Daniel Limon qui n'en n'est pas équipé et "encore faut-il pouvoir lire une plaque d'immatriculation. Ou sinon, il faut poser des balises GPS sur les ruches. Mais ce sont des investissements lourds".

Daniel Limon est marqué par ce vol, mais l'apiculture reste une activité d'avenir pour lui. "J’ai une fille qui a repris le flambeau en janvier. La récolte de cette année est bonne, ce qui fait du bien après deux mauvaises années".

La famille Limon est installée à Dabo, mais elle possède 600 ruches dispersées en Lorraine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu