Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans l'automobile, premier secteur industriel normand, les clignotants sont au vert

vendredi 5 octobre 2018 à 6:02 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Alors que le Mondial de l'automobile s'est ouvert, on fait le point sur l'état de santé de la filière automobile normande. Un secteur qui pèse très lourd avec 45 000 emplois. Et entre le renouveau d'Alpine et le boom de l'électrique dont profite Renault Cléon, la tendance est positive.

Emmanuel Macron, sur le stand de PSA, avec le PDG Carlos Tavares
Emmanuel Macron, sur le stand de PSA, avec le PDG Carlos Tavares © Maxppp - Regis Duvignau

Cleon, France

C'est le premier secteur industriel normand, l'automobile est l'un des moteurs de l'économie régionale. Deux chiffres sont parlants : 45 000 emplois et 30 % des voitures fabriquées en France le sont en Normandie. Ca s'explique par le poids des deux grands constructeurs : PSA près de Caen et surtout Renault avec ses sites historiques de Cléon et Sandouville. 

Et dans ces deux usines, la production est à la hausse après des années de crise. Et cette embellie se traduit aussi en termes d'emplois, même si beaucoup d'embauches se font par le biais de l'intérim.

  • Cléon mise sur le moteur électrique

C'est la plus grosse usine Renault : 5 500 salariés près de Rouen. Cléon fabrique des boîtes de vitesse et des moteurs. En grand majorité des moteurs diesel, mais pour anticiper la diminution de cette motorisation, le constructeur au losange mise sur l'électrique. Renault a investi 300 millions sur le site et depuis le début 2018, près de 50 000 moteurs électriques ont été fabriqués. Un chiffre multiplié par deux par rapport à l'année passée. Cléon profite du boom de l'électrique

  • A Sandouville, bientôt le 500 000e Trafic

Reconversion réussie pour l'usine havraise qui a longtemps produit les véhicules hauts de gamme de Renault. Depuis plusieurs années l'usine de Sandouville, avec ses 2 500 salariés, s'est recentrée sur l'utilitaire. Elle fabrique le Renault Trafic, l'un des best-sellers. Le 500 000e exemplaire devrait sortir des chaînes de production début 2019.

  • Alpine, une renaissance réussie

18 mois. C'est le temps d'attente aujourd'hui pour un acheteur avant de se faire livrer son Alpine A110. Signe du succès et de la persistance du mythe Alpine. Dans l'usine historique de Dieppe la production a repris en décembre 2017 et la réussite est là : 23 voitures sortent chaque jour du site dans lequel travaillent 400 salariés (150 embauches ces 3 dernières années). Au point qu'un parking a dû être agrandi et qu'Alpine vend désormais ses voitures au Japon ou en Australie.