Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans l'Indre, l'association "Nous Toutes" vient en aide aux femmes victimes de violences

-
Par , France Bleu Berry

Après la marche pour lutter contre les violences et les comportements sexistes dont sont victimes les femmes, le mouvement "Nous Toutes" a ouvert des relais au niveau local. Dans l'Indre, un accompagnement est proposé.

Savina Alvarez, vice-présidente de l'association Nous Toutes dans l'Indre
Savina Alvarez, vice-présidente de l'association Nous Toutes dans l'Indre © Radio France - Régis Hervé

L'association "Nous Toutes" dans l'Indre organise une réunion d'information ce mardi, au Blanc, salle Carnot, à partir de 18 heures. Depuis quatre mois, elle propose une aide aux femmes victimes de violences. "Il faut leur apporter un soutien, une solidarité tout au long de leur prise en charge. Il faut éviter qu'elles restent toutes seules, entre deux rendez-vous", explique Savina Alvarez, vice-présidente de l'association.

ÉCOUTEZ | Savina Alvarez, vice-présidente de l'association "Nous Toutes 36"

Une aide logistique et un soutien moral

En France, une femme sur dix est victime de violences conjugales. "Ça ne s'est pas arrangé. Le mouvement Me Too a permis à la parole des femmes de se libérer. Le nombre de plaintes a augmenté. Mais cela provoque aussi une surenchère de violences de la part des auteurs", constate Savina Alvarez. Depuis le début de l'année, 66 femmes sont mortes en France sous les coups de leur compagnon. Un nombre de féminicides en hausse : "si on maintient ce rythme macabre, on ferait un retour en arrière de dix ans", prévient la vice-présidente de l'association Nous Toutes.

"Certaines femmes arrivent dans des situations d'urgence en étant totalement démunies. On leur prête du matériel, on emmène leurs enfants se promener au parc pour se changer les idées", poursuit Savina Alvarez.

Si vous souhaitez prendre contact avec l'association Nous Toutes dans l'Indre, il faut appeler au 07 81 12 54 83.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess