Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans l'Orne, la nouvelle préfète Françoise Tahéri a pris ses fonctions

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ce lundi, Françoise Tahéri a pris ses fonctions en tant que préfète de l'Orne. Cette bretonne de 52 ans occupe ce poste pour la première fois. Elle prend actuellement connaissance des dossiers importants du département mais estime que "très peu de choses résistent au travail".

Françoise Tahéri, originaire des Côtes d'Armor, devient préfète pour la première fois, dans l'Orne.
Françoise Tahéri, originaire des Côtes d'Armor, devient préfète pour la première fois, dans l'Orne. © Radio France - Léa Dubost

Françoise Tahéri arrive des Alpes-Maritimes, où elle était secrétaire générale de la préfecture. Ce lundi 3 février, elle est devenue officiellement préfète de l'Orne. C'est la première fois que cette bretonne de 52 ans occupe ce poste. "C'est un grand honneur d'être ici, estime-t-elle. L'Orne est un beau département avec beaucoup d’atouts."

Françoise Tahéri est mariée, mère de deux enfants. Diplômée d'une maîtrise de philosophie et d'une licence de droit, elle a notamment travaillé au ministère de l'Intérieur

Pour l'instant, la nouvelle préfète se familiarise avec les dossiers importants du département. "J'accorde _une certaine importance à l'économie, à l'accès aux services publics ainsi qu'à la sécurité routière_", explique Françoise Tahéri. C'est sur ce dernier sujet qu'elle a promis d'être "intransigeante", notamment concernant le retour aux 90km/h. 

"Je vais dialoguer avec le président du conseil départemental sur ce dossier sensible. Il faut regarder chacune des situations. Ma conviction est que, dès lors qu'il y a des risques, il ne faut pas transiger sur la sécurité", conclue-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu