Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans l'Orne, la préfecture ordonne l'arrêt provisoire d'un parc éolien trop bruyant

La préfecture de l'Orne a ordonné de suspendre temporairement le fonctionnement du parc éolien d'Echauffour, dans l'Orne, parce que les éoliennes font trop de bruit. Une expertise doit être menée pour voir s'il est possible de faire repasser le parc sous le seuil acoustique autorisé.

La maison d'Aurélie, à Echauffour dans l'Orne, avec les éoliennes en arrière-plan.
La maison d'Aurélie, à Echauffour dans l'Orne, avec les éoliennes en arrière-plan. © Radio France - Marc Bertrand

Aurélie en a les larmes aux yeux quand elle en parle. Les cinq éoliennes qui découpent le ciel sur la butte juste en face de ses fenêtres, elle a carrément déménagé à l'autre bout de sa maison pour ne plus les entendre. Depuis vendredi dernier, et une réunion avec la préfecture, elle sait qu'elles vont bientôt s'arrêter : "Ca va être un grand bonheur, c'est sûr", dit-elle. "Lundi dernier, ils en ont arrêté deux, ça faisait très longtemps que ce n'était pas arrivé, c'était merveilleux. Et là je sais que je vais bientôt pouvoir vivre ça tous les jours."

Une "mesure d'urgence" face aux nuisances sonores

C'est une décision assez inédite. La préfecture de l'Orne a ordonné d'arrêter temporairement le parc éolien d'Echauffour, près de L'Aigle, parce qu'il fait trop de bruit. Depuis la mise en service des éoliennes sur des champs qui dominent le village il y a deux ans, des riverains se plaignent d'acouphènes, et d'un bruit insupportable qui les empêche de dormir. Les études acoustiques, menées depuis septembre 2019, confirment que le bruit est supérieur au volume acoustique autorisé. 

Les dépassements identifiés en termes de bruit se sont produits à plusieurs reprises, alors qu'il y a eu des plans pour brider les éoliennes. Malgré ça, la situation n'est toujours pas satisfaisante

La préfecture a donc a décidé d'arrêter les éoliennes, de façon temporaire, le temps de mener un audit complet du parc éolien : "Les dépassements identifiés en termes de bruit, se sont produits à plusieurs reprises, alors qu'il y a eu des plans pour brider les éoliennes", explique la sous-préfète d'Argentan, Christine Royer. "Malgré ça, la situation n'est toujours pas satisfaisante. C'est pourquoi nous avons pris cette mesure d'urgence, assez exceptionnelle, de suspension du parc éolien."

Le parc éolien peut-il être définitivement arrêté ?

L'exploitant du parc éolien, Voltalia, devra arrêter de faire tourner ses rotors au plus tard 24 heures après la publication de l'arrêté préfectoral, qui doit paraître d'ici quelques jours. Contactée, l'entreprise reconnaît que "les études acoustiques réalisées font état d’émergences sonores ponctuelles. Elles sont l'objet d'études et d'actions que nous avons entreprises jusqu'à présent dans l'objectif de garantir la conformité du parc éolien"

La nuit, nos éoliennes étaient déjà bridées au maximum, et malgré cela les bruits mesurés sont au-delà des normes admissibles

Voltalia espère, après une nouvelle étude menée par un expert validé par la préfecture, pouvoir reprendre l'exploitation du parc. Comme le dit la sous-préfète Christine Royer, "le redémarrage ne sera possible qu'après la réalisation d'une tierce expertise, pour examiner les mesures de remédiation à mettre en place, qui sont un préalable à la reprise de ce parc éolien". En clair, il faut réduire le bruit des éoliennes, sinon le parc pourrait ne jamais redémarrer. 

Cela s'annonce compliqué, pour le maire de la commune, Didier Duvaldestin : "la nuit, nos éoliennes étaient déjà bridées au maximum, et malgré cela les bruits mesurés sont au-delà des normes admissibles". Pour lui, il n'y a pas de bonne solution. Les éoliennes dégradent la qualité de vie de ses administrés. Mais elles sont aussi une bonne source de revenus. Elles rapportent 60.000 euros par an de taxes à la commune et la communauté de communes, alors que les dotations de l'Etat ont beaucoup baissé ces dernières années. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess