Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans l'Yonne, les communes de Charbuy et Venouse bien seules face à Free l'opérateur de téléphonie mobile

-
Par , France Bleu Auxerre

A Charbuy et Venouse, Free a décidé d'implanter ses antennes relais de 38 mètres de haut sur des terrains privés. Trop près des habitations selon les maires qui proposent à l'opérateur d'autres sites sur la commune. Pas question répond celui ci qui se retranche derrière des contraintes techniques.

Une antenne relais de 38 mètres de haut que Free veut installer à Venouse et Charbuy. Pour ces deux communes, c'est le site choisit qui pose problèmes, pas l'installation d'un pylône
Une antenne relais de 38 mètres de haut que Free veut installer à Venouse et Charbuy. Pour ces deux communes, c'est le site choisit qui pose problèmes, pas l'installation d'un pylône © Maxppp - .

Les communes de Venouse et de Charbuy (Yonne) ne sont pas contre l’installation d'une antenne relais de téléphonie, mais conteste son emplacement. Car dans les deux cas, c'est Free qui a choisit le site qui accueillera un pylône de 38 mètres de haut. Et dans les deux cas, les conseils municipaux ont rendu un avis défavorable concernant le lieu d'implantation.  D'autres sites ont été présenté à l'opérateur de téléphonie mobile qui les a refusé, pour des contraintes techniques selon lui.  Free devrait donc pouvoir s'installer sur les terrains privés qu'il a choisi car il s'agit d'opérations  réalisés dans un cadre commercial . 

"C'est David contre Goliath" - François Collet, premier adjoint à Venouse

Les communes n'ont donc quasiment pas leur mot à dire regrette François Collet, premier adjoint au maire de Venouse. "C'est le pot de terre contre le pot de fer. David contre Goliath. On a vraiment l’impression de ne pas être entendu du tout." La commune de Venouse qui a proposé d'autres sites pour installer l'antenne relais, mais que l'opérateur a donc refusé , ne compte pas engager une bataille juridique contre Free qu'elle sait perdue d'avance. Mais persiste à dire que le site choisit par l'opérateur pose problème. "C'est non loin d'un petit Ru, et ils vont couler je ne sais combien de tonnes de béton. C'est très proche des habitations, à une centaine de mètres. C'est derrière le foyer rural. Autant dire que ce pylône va être très visible, 38 mètres de haut quand même."

La commune de Venouse s'est tournée vers la préfecture, qui ne peut semble-t il pas intervenir. Elle a également exposée son cas aux parlementaires. L'un d'entre eux a promis de se pencher sur la question.

Le maire de Venouse Raymond Degryse et le 1er adjoint François Collet. A leur droite, le site choisit par Free pour son antenne relais, à une seulement une centaine de mètres des premières habitations
Le maire de Venouse Raymond Degryse et le 1er adjoint François Collet. A leur droite, le site choisit par Free pour son antenne relais, à une seulement une centaine de mètres des premières habitations © Radio France - Damien Robine

"Le projet d'antenne est trop près des habitations. J'ai donc refusé la déclaration de travaux de Free" - Gérard Delille, maire de Charbuy

A Charbuy , le maire Gérard Delille, qui, lui aussi, avait proposé un autre site refusé par Free , ne compte pas en rester là.  "Une première déclaration de travaux pour le site choisit par Free près du château d'eau a eu un refus de ma part. C'est trop près des habitations. Nous avons proposés un autre site à 500 mètres de là, sans succès. Du coup Free conteste mon refus. Nous irons donc au tribunal administratif de Dijon.  Et si ensuite on va en appel , ça va encore repousser les travaux de quelques mois. Peut être deux ans supplémentaires." Un sursis pour Charbuy. Mais à Venouse, les études de terrain ont déjà commencé. Les travaux pourraient débuter dans quelques mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess