Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans la Loire, on pourra bientôt payer ses impôts chez son buraliste

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Régler ses impôts en achetant un paquet de chewing-gum ? Ce sera bientôt possible dans la Loire. Le département fait partie des 18 sélectionnés pour expérimenter le paiement des impôts dans les bureaux de tabac à partir du 20 février. Près d'une centaine de commerces sont concernés.

La Loire fait partie des départements sélectionnés pour expérimenter la mesure.
La Loire fait partie des départements sélectionnés pour expérimenter la mesure. © Maxppp - Alex Baillaud.

Les Ligériens pourront bientôt payer leurs impôts au bureau de tabac. La Loire fait partie des 18 départements où la mesure est en test à partir du 20 février prochain. Chez nous, une petite centaine de buralistes participent à cette expérimentation, en partenariat avec la Française des jeux. L'objectif, c'est de faciliter la vie des usagers, et de permettre aux buralistes de diversifier leur activité.

Payer sa taxe d'habitation en achetant un paquet de chewing-gum

"On vend encore des cigarettes et ça reste notre cœur de métier", explique Gilles Grangier, le président de la chambre syndicale des buralistes de la Loire. "Mais on ne peut plus miser que là-dessus pour continuer à vivre de nos activités." Lui l'a bien compris : son bureau de tabac de Saint-Galmier fait aussi office de supérette, de point relais pour les colis et bientôt donc de guichet de règlement des impôts.

"Vous aurez un code-barres sur votre avis d'imposition, nous le scannerons avec la même machine utilisée pour valider les billets de Loto et ensuite vous pourrez payer en espèces ou en carte", poursuit le buraliste. Si les paiements en liquide seront limités à 300 euros, il n'y aura pas plafond pour la carte bancaire. 

Les contribuables pourront donc s'acquitter de la taxe d’habitation,  de la taxe foncière mais aussi des amendes ou encore des factures de crèche, de cantine où d'hôpital. "Par contre, on n'ira pas dans le détail des informations concernant l'impôt, parce que ça reste la compétence des centres des impôts. Nous, on est là pour encaisser à la place des trésoreries qui sont surchargées de travail ou qui ont tout simplement fermé."

Le bureau de tabac de Gilles Grangier fait aussi office de supérette à Saint-Galmier. - Radio France
Le bureau de tabac de Gilles Grangier fait aussi office de supérette à Saint-Galmier. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Le bureau de tabac, relais des services publics

Des buralistes prêts à prendre le relais des services publics, en particulier dans les zones rurales. "C'est pratique pour les gens", confie Joëlle Ferreol, installée à Craintilleux, 1 400 habitants. "Prenez mon amplitude horaire : je suis ouverte de 6h30 le matin à 19 heures le soir, soit plus longtemps que les centres des impôts. Ça peut être pratique pour les gens qui ne peuvent pas se déplacer ou qui travaillent en horaires décalés."

Pour Joëlle Ferreol, buraliste à Craintilleux, le paiement des impôts dans les bureaux de tabac va faciliter la vie des contribuables. - Radio France
Pour Joëlle Ferreol, buraliste à Craintilleux, le paiement des impôts dans les bureaux de tabac va faciliter la vie des contribuables. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Les gérants des bureaux de tabac qui collectent l'impôt seront rémunérés pour cette tâche. Mais ce qui les intéresse, c'est surtout de montrer qu'ils font partie des derniers des acteurs de proximité au niveau local. Pas de risque de voir dans les tabac des queues comme devant les centres des finances publiques, puisqu'une grande partie des contribuables sont prélevés à la source.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu