Société

"Dans la pensée commune, la personne handicapée est asexuée"

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault mardi 27 septembre 2016 à 18:55

"Etre coupé de son corps c'est déshumanisant". Elodie Favand est bénévole à l'APF
"Etre coupé de son corps c'est déshumanisant". Elodie Favand est bénévole à l'APF © Maxppp -

C'est un grand tabou: la sexualité des personnes handicapées fait l'objet d'un colloque demain, mercredi, à Montpellier. Pour changer les regards. Elodie Favand est étudiante en Master 1 de psychologie. Elle a ouvert au printemps un groupe de parole pour briser le silence

Changer le regard sur le sexe et le handicap.C'est devenu le combat d'Elodie Favand, étudiante en psychologie à Montpellier. Elle y consacre son mémoire de Master. Et depuis le printemps, cette bénévole à l'APF, l'association des paralysés de France, elle anime un groupe de parole sur ce thème. Permettre à des handicapés de parler de leurs désirs, de leur carence affective. Une idée lancée par Élodie Favand, étudiante en master de psychologie à Montpellier et bénévole à l'APF.
Elle a travaillé en institut spécialisé, où elle a souvent été choquée par le manque de considération accordée aux pensionnaires. "On bafouait leur intimité en faisant de l'infantilisation. Des couples n'avaient pas le droit à l'intimité. Et le discours de certaines personnes qui trouvent ça sale et monstrueux. La pensée commune veut que la personne handicapée soit asexuée, comme le stéréotype de la personnes vieillissante. Une personne, handicapée ou pas, a des besoins et il faut qu'elle ait la liberté de la vivre, cette sexualité".

La personne handicapée est "privée d'intimité". Elodie Favand

Elodie Favand est favorable à l'accompagnement sexuel des personnes handicapées: les assistants sexuels. Cette activité, qui n'a aucune existence légale en France, est autorisée dans plusieurs pays européens, parfois même remboursée par la Sécurité sociale. C’est considéré comme un soin à la personne. Ce service est vital selon elle: "c'est bien souvent une personne qui veut se retrouver nue face à une autre personne, tout simplement. Dans les instituts, on les change, on les panse. Elles ont besoin de reprendre contact avec leur corps, avec leurs sensations, avoir un contact physique avec une femme ou un homme."
Certaines ont recours à des assistants sexuels, quand ils en trouvent en France. D'autres à la prostitution. "Des institutions font des sorties à la Jonquera (zone qui concentre de nombreuses maison closes à la frontière franco-espagnole) pour que les personnes aient recours à des travailleurs du sexe", explique Elodie Favand.

Des sorties à la Jonquera organisées par des instituts spécialisés

Le sexe est malheureusement totalement laissé de côté dans la prise en charge du handicap, alors que la loi pourrait permettre certains aménagements. "C'est une partie occultée. Les directeurs d'institutions mettent ça sous le couvert de la protection de la personne handicapée, souligne Elodie Favand. Mais une personne qui dit "ils n'en ont pas besoin, c'est dégueulasse", cette personne va rentrer chez elle le soir, retrouver sa compagne ou son compagnon et vivre son intimité avec. Pourquoi une personne porteuse de handicap ne pourrait pas?"

"Le sexe: une question totalement occultée par les institutions"

A écouter aussi, l'interview d'Elodie Favand dans son intégralité (avec marie Ciavatti):

Elodie Favand anime un groupe de parole sur sexe et handicap

A retrouver également le témoignage de Frédéric, un homme handicapé en fauteuil roulant, il s'exprime sur sa sexualité et sur la nécessité de légaliser les assistants sexuels.