Société DOSSIER : Le logement : un enjeu électoral 2017

Dans le Beaunois, un Bricobus pour lutter contre le mal-logement

Par Etienne Escuer, France Bleu Orléans et France Bleu vendredi 19 mai 2017 à 6:00

Guillaume Bec et son Bricobus.
Guillaume Bec et son Bricobus. © Radio France - Etienne Escuer

Aider les plus démunis à faire des travaux dans leur maison : c'est la mission du Bricobus, lancé à l'automne dernier. Les Compagnons Bâtisseurs sont à l'origine de ce projet, soutenu par la communauté de communes du Beaunois.

Quelques conseils, du prêt du matériel ou bien un gros chantier de rénovation ! Les interventions du Bricobus sont diverses. Cette semaine, le véhicule intervient dans une maison à Beaune-la-Rolande. La mère de Nadia est actuellement hospitalisée et doit revenir habiter chez elle mais la salle de bain est inutilisable, voire même dangereuse. Il faut installer une nouvelle douche.

Problème, Nadia n'a pas les moyens de solliciter un artisan pour effectuer les travaux dans la maison de sa mère. Reste alors la solution de faire les travaux soi-même. Inenvisageable pour Nadia : "Même avec le mode d'emploi, ce serait trop compliqué !" Guillaume Bec et son Bricobus sont donc venus lui prêter main forte. "Heureusement que Guillaume est là !", confie Nadia. "Ce n'est pas évident mais on apprend. On va y arriver. Guillaume est là pour nous expliquer comment faire, il nous aide beaucoup."

"Les gens s'impliquent dans les travaux"

Avec tout juste 900€ de revenus par mois, Nadia n'aurait pas pu faire les travaux sans l'aide du Bricobus. Elle a d'ailleurs tenté de solliciter plusieurs émissions de télévision pour réaliser les travaux (Tous Ensemble, D&co). Guillaume Bec est en charge du Bricobus pour les Compagnons Bâtisseurs. Sur les chantiers, il intervient avec Alexis, en service civique, pour aider les personnes en situation précaire. "J'ai un budget de 1.000€ par chantier", explique Guillaume. "Les gens participent à hauteur de 10% des matériaux. La main d'oeuvre, c'est gratuit. Mais en contrepartie, ils s'impliquent dans les travaux."

Les matériaux sont récupérés chez une plateforme (Soli'Bât) qui collecte les surplus et les fins de série des entreprises. Au final, le coût est très inférieur à ce que pourrait proposer un artisan. Guillaume Bec estime que cela n'est pas de la concurrence déloyale : "les gens que nous aidons n'ont pas les moyens de faire appel à des artisans."

Guillaume Bec (à droite) et Alexis aident Nadia dans ses travaux. - Radio France
Guillaume Bec (à droite) et Alexis aident Nadia dans ses travaux. © Radio France - Etienne Escuer

15 personnes déjà aidées

A l'origine, le Bricobus devait intervenir sur une dizaine de chantiers par an. Mais Guillaume Bec a déjà aidé près de 15 personnes depuis septembre. "Le coeur de notre métier, c'est l'accompagnement social", confie-t-il. "On tombe sur des situations où les gens sont un peu désespérés. Certains ont renoncé depuis longtemps et sont habitués à un confort qu'on a peine à imaginer en France aujourd'hui."

Le Bricobus est financé par la communauté de communes du Beaunois, la Région Centre-val-de-Loire, la Caf mais aussi des entités privées. L'initiative est une première dans le Loiret. Pour bénéficier des services du Bricobus, il y a quelques conditions : il faut être propriétaire, habiter dans la communauté de communes du Beaunois, et être sous les plafonds de revenus fixés par l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat. Vous pouvez contacter Guillaume Bec au numéro suivant : 06.07.01.26.16.

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.