Société

Dans le Buzz, le site victimes-pesticides.fr et la plateforme bretonne Alézou pour trouver un stage

Par Justine Sauvage, France Bleu Armorique vendredi 9 septembre 2016 à 10:54

Carte des victimes des pesticides
Carte des victimes des pesticides - capture d'écran du site victimes-pesticides.fr

Le site internet victimes-pesticides.fr a compilé des témoignages de victimes partout en France. On en trouve une vingtaine en Bretagne. Des témoignages écrits ou sous forme de vidéos.

Le site internet victimes-pesticides.fr a réalisé une carte de France recensant les témoignages de victimes. Il y en a déjà près d'une vingtaine en Bretagne. Celui-ci par exemple venant du Morbihan "Nous habitons à environ 200 mètres du champ le plus proche mais sommes en réalité entourés sur des kilomètres par des champs où est principalement cultivé le maïs. Les odeurs d’épandage rendent difficile les moments en extérieur et nous évitons de laisser les enfants jouer dehors pour minimiser les éventuels désagréments. Nous sommes encore plus vigilants lorsque les tracteurs pulvérisateurs commencent leur balai."

Autre exemple dans les Côtes d'Armor "Nous avons subi en juin 2015 les désagréments des traitements du champ de maïs situé en bordure de notre habitation et les ennuis se reproduisent cette année avec le traitement aux pesticides du nouveau champ de blé." Certains de ces témoignages sont filmés notamment celui de Laurent Guillou un ex salarié de Nutréa Triskalia à Plouisy dans les Côtes d'Armor qui a été gravement intoxiqué par des pesticides.

Les élus du Parti de Gauche à Rennes donnent des places de foot via internet

A Rennes, le parti de Gauche a décidé de redonner les places que les élus reçoivent, notamment les places pour les matchs de foot du Stade Rennais. Le tirage au sort se passe sur internet via le site du parti.

Plus d'infos ici.

La plateforme bretonne Alézou pour trouver un stage

Une bonne idée bretonne! La plateforme Alézou veut mettre en relation les demandeurs de stage et les entreprises. C'est un professeur breton qui en a eu l'idée après 30 ans d'expérience. Il souhaite mettre en relation des mondes différents et faciliter l'intégration des jeunes dans le milieu professionnel. Cela concernerait 35 000 jeunes chaque année en Bretagne. Il a donc créé Alézou où tout se passe sur le web. L'élève peut envoyer sa candidature par le net aux entreprises, être suivi et aider à distance par son professeur dans sa recherche. L'entreprise reçoit tout pas mail et peut fixer si elle le souhaite un rendez-vous pour un entretien par mail également. Alézou a besoin désormais d'un petit coup de pouce. Un projet de financement participatif a donc été lancé sur le site breton Kengo.bzh pour trouver d'ici fin octobre 4000 euros.