Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

Alaise, Doulaize, Refranche, Coulans-sur-Lison : ces villages du Doubs qui ont (presque) disparu de la carte

vendredi 3 mars 2017 à 14:07 Par Fany Boucaud et France Bleu Besançon, France Bleu Besançon et France Bleu

Depuis 43 ans, cinq communes du Doubs sont associées : Alaise, Doulaize, Refranche, Coulan-sur-Lison et Eternoz. Mais problème : pour l'administration, cette fusion ne fait apparaître qu'un village, Eternoz, sur les cinq. Et ça crée beaucoup de problèmes pour les habitants.

Eternoz (point bleu) seul village pour l'administration.
Eternoz (point bleu) seul village pour l'administration. - Blandine Costentin - Google Map

Doulaize, Éternoz, France

Ça se passe à une quarantaine de kilomètres au sud de Besançon. Une histoire invraisemblable. Tout ça parce que les villages ont décidé d'appliquer en 1973 la loi Marcellin sur le regroupement des communes. Ces cinq communes du Doubs, Alaise, Doulaize, Refranche, Coulans-sur-Lison et Eternoz sont donc associées depuis 43 ans. Et les habitants ont vu apparaître beaucoup de problèmes, administratifs surtout.

De gros problèmes administratifs

Imaginez : impossible de vous appeler parce que votre commune n'est plus inscrite dans l'annuaire. On vous rit au nez quand vous souhaitez changer vos papiers d'identité parce que votre village n’apparaît pas sur l'ordinateur de la préfecture. Ou le classique colis commandé sur internet mais jamais reçu. Reparti aussitôt avec la mention "N'habite pas à l'adresse indiquée". Une galère des habitants et ça fait 43 ans que ça dure !

J'ai même dû attester qu'un de mes habitants n'était pas mort, pour qu'il puisse de nouveau recevoir sa pension de retraite. N'ayant pas reçu le courrier de sa caisse de retraite, il n'a pas pu répondre." - Christophe Garnier, maire de Doulaize

En fait, ces communes associées ne sont pas agglomérées, mais séparées d'une dizaine de kilomètres. Et seul Eternoz, le plus gros bourg, est reconnu, mais les autres disparaissent aux yeux de l'administration.

Touchez le point d'interrogation pour savoir de quelle commune il s'agit (et voir une jolie photo) :

Un vrai problème de sécurité

En 28 ans de mandat de maire délégué de Doulaize, Christophe Garnier, a tout tenté pour dénouer l'imbroglio. Dernier fait marquant : vendredi 3 février, l'hélicoptère du SAMU a perdu 20 minutes à tourner au dessus d'Eternoz alors que l'urgence était à Doulaize.

Le maire a pu parler avec le pilote pour savoir comment cette situation était encore possible, alors que beaucoup de réunions avec les services de secours ont eu lieu. L'adresse exacte ne les intéresse pas, ils veulent simplement l'emplacement et repèrent au sol les pompiers. Mais pour des villages séparés de plus de 10 kilomètres, c'est compliqué que trouver les secours.

Et c’était déjà arrivé il y a quelques années, après un accident de chasse. L'hélicoptère n'avait jamais trouvé le village, pointant directement vers Eternoz. "On a beau leur dire que c'est telle commune, la rectification se fait automatiquement et tout le monde arrive à Eternoz. Il nous arrive fréquemment d'aider des ambulances complètement perdues" explique Christophe Garnier.

Mais maintenant, trop c'est trop !

"Je suis très favorable à l'intercommunalité" , confie Christophe Garnier, "mais on ne demande pas d'aide, on veut juste que l'on nous respecte !" Avec les nouvelles communes et les regroupement de certaines, le maire de Doulaize avait espoir qu'elles tiennent compte des difficultés de ces cinq communes. Mais malheureusement comme le souligne Christophe Garnier, ce n'est pas le cas. "Les maires que je rencontre, qui sont dans une configuration comme la nôtre, des villages très espacés, ont les mêmes types de problèmes."

"On a le sentiment d'être considéré comme des citoyens de seconde zone, simplement par le fait que l'on habite ici plutôt qu'à 10km plus loin" Christophe Garnier

Dans une lettre au préfet, Christophe Garnier écrit qu'au prochain problème, il tiendra l'Etat pour responsable.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.