Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans le Grand Est, les gendarmes ont de la réserve

mardi 29 août 2017 à 9:01 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

La 22e promotion de gendarmes réservistes du Grand Est a achevé sa formation le week-end dernier. Des civils ou d'anciens militaires, qui donnent de leur temps pour renforcer les forces de gendarmerie dans notre région.

La région Grand Est compte 2800 gendarmes réservistes
La région Grand Est compte 2800 gendarmes réservistes © Maxppp - PQR/L'ESTREPUBLICAIN

Moselle, France

Ils sont ouvriers, fonctionnaires, étudiants, anciens militaires... et gendarmes. 58 nouveaux réservistes ont reçu dimanche 27 août leur diplôme de fin de formation, à l'Ossuaire de Douaumont (Meuse). Ils viennent s'ajouter aux 2800 gendarmes réservistes du Grand Est qui apportent leur renfort aux forces de gendarmerie dans leurs missions quotidiennes.

Formation adaptée à la menace terroriste

Ils ont suivi un mois de formation initiale, qui sera complétée dans le temps par de la formation continue. Un enseignement théorique , juridique et pratique qui s'est adapté aux nouvelles menaces terroristes. "Nous forçons sur l'intervention professionnelle : tir, maniement des armes, bâton télescopique..." explique le Colonel de réserve Michel Thivet, qui commande les réservistes du Grand Est. "Ils sont à même de réagir à la menace, et à la menace terroriste."

Beaucoup de candidats, peu d'élus

Comme dans les différents corps d'armées, la Gendarmerie a également fait face à une augmentation des candidatures, depuis le début de la vague d'attentats en France et Europe en 2015. Mais tous ne finissent pas par endosser l'uniforme. "Après l'attentat de Nice, nous avons eu près de 600 prises de contact" confie le Colonel Thivet. Mais après examens des dossiers, visites médicales, tests psychologiques et formation, "158 seulement ont été diplômés."

Sur le terrain, rien ne distingue les gendarmes réservistes des gendarmes d'active. Actuellement, ils sont par exemple déployés à la sécurisation du grand rassemblement de gens du voyage Vie et Lumière de Grostenquin. Ils ont également participé à la sécurisation du parcours du Tour de France lors de son passage dans la région au mois de juillet.

Le colonel de réserve de gendarmerie Michel Thivet, invité de France Bleu Lorraine