Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Dans le Grand Est, plus de 680.000 salariés sont au chômage partiel

L'activité économique du Grand Est dégringole et plus de 680.000 salariés se retrouvent au chômage partiel. Pour soutenir les entreprises, une batterie de mesures sont déployées. La préfecture de région fait le point.

Dans le Grand Est, près de 69.000 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel Dans le Grand Est, près de 69.000 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel
Dans le Grand Est, près de 69.000 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Les entreprises du Grand Est subissent la crise de plein fouet. L'activité économique régionale est en chute libre de 33%. Les déclarations d'échéances impayées ont été multipliées par trois pour le mois de mars.

Publicité
Logo France Bleu

680.000 salariés du Grand Est au chômage partiel

Dans cette situation, le chômage partiel est largement sollicité. Aujourd'hui, dans la grande région, près de 69.000 établissements ont déposé leur demande pour plus de 681.000 salariés. Cela représente 46% des entreprises / employeurs de la région, et plus du tiers des effectifs. L'Alsace et la Moselle sont les plus concernées : les trois départements représentent à eux seuls plus de la moitié des demandes de chômage partiel dans la région.

L’industrie manufacturière, la construction, le commerce, la réparation automobile et l'hôtellerie-restauration sont les secteurs les plus touchés. Au total, le coût estimé de ces mesures d'activités partielles est de 900 millions d'euros pour le Grand Est.

Mesures de soutien

Pour venir en aide aux entreprises en difficulté, un plan de soutien d'urgence de 110 milliards d'euros a été annoncé par l'exécutif. Par ailleurs, 135 milliards de prêts ont déjà été garantis par l’État au niveau national. Dans les faits, plusieurs mesures spécifiques ont été déployées depuis le début de la crise :

  • des délais de paiements pour les cotisations sociales et fiscales (URSSAF et impôts). Au 16 avril, plus de 5.600 demandes ont été déposées et plus de 4.100 ont été accordées pour un montant de 111 millions d'euros.
  • la suspension des loyers et des factures pour les petites entreprises en difficulté
  • des prêts bancaires garantis par l’État (à hauteur de 300 milliards d'euros)
  • les dispositifs de chômage partiel
  • un coup de pouce financier de 1.500 euros  maximum pour toutes les petites entreprises et indépendants en grande difficulté (grâce au fonds de solidarité État/région) : les demandes peuvent se faire ici. Au 16 avril, dans le Grand Est, plus de 34.000 entreprises ont perçu 45,5 millions d’euros pour un montant moyen de 1.325 €.
  • des prêts rebonds de la région Grand Est
  • des étalements de créances bancaires via une médiation de crédit. A ce jour, on compte 142 saisines au niveau de Grand Est, soit 5% des saisines nationales.
  • des prêts de trésorerie via la Banque publique d'investissement.

L'ensemble de ces dispositifs sont à retrouver dans le détail ici.

Questions et accompagnement

Pour vous accompagner, des cellules d'écoute existent dans chaque département du Grand Est. Un dispositif régional d’information et d’orientation est également mis en place. En cinq semaines, près de 6.000 demandes et questions ont été traitées via cette plateforme téléphonique et Internet. Vous pouvez contacter la chambre de commerce et d'industrie au 09 71 00 96 90 ou encore la chambre des métiers et de l'artisanat au 09 86 87 93 70. Il existe également un site internet.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu