Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : deux maires du Lot qui voulaient rendre facultatif le masque à l'école retirent leurs arrêtés

-
Par , France Bleu Occitanie

Les maires de deux villages du nord du Lot avaient pris des arrêtés dispensant du port du masque à l'école. Finalement, face au désaccord du préfet qui a saisi la justice administrative, les deux élus ont retiré leurs arrêtés.

Les maires de Cahus et Laval-de-Cère ont retiré leurs arrêtés.
Les maires de Cahus et Laval-de-Cère ont retiré leurs arrêtés. © Radio France - Jean-François Fernandez

Ce sont deux petites communes de 200 et 300 habitants, au nord de Biars (Lot) : à Cahus et Laval-de-Cère, les maires avaient décidé que les enfants n'étaient pas obligés de porter le masque dans leur école commune, contrairement à la consigne nationale. Ils avaient considéré que le virus ne circulait que très peu entre enfants, qu'il y avait largement assez d'espace dans les classes pour respecter la distanciation physique et qu'il fallait accueillir tout le monde, même les enfants "présentant une contrindication au masque". L'arrêté devait être valable du 4 novembre au 31 décembre.

Le préfet du Lot avait alors saisi le 6 novembre dernier le tribunal administratif de Toulouse pour demander la suspension de ces arrêtés et leur annulation. Finalement, les deux élus ont décidé d’abroger leurs arrêtés, avant même l'examen par la justice administrative. Les requêtes introduites au tribunal administratif de Toulouse ont été annulées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess