Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nord-Isère : des milliers de puces des champs rendent la vie impossible aux habitants

-
Par France Bleu Isère, France Bleu

Depuis vendredi 2 août, la commune de Chavanoz dans le Nord-Isère est envahie de "puces des champs". Ces insectes s'introduisent partout et peuvent causer des dégâts matériels, même si a priori elles ne sont pas dangereuses pour l'homme. Un enfer pour les habitants.

Les puces des champs ne mesurent que quelques millimètres mais certains habitants de la zone d'activité de Chavanoz en ont déjà ramassé jusqu'à quatre kilogrammes.
Les puces des champs ne mesurent que quelques millimètres mais certains habitants de la zone d'activité de Chavanoz en ont déjà ramassé jusqu'à quatre kilogrammes. © Radio France - Marion Gauthier

Chavanoz, France

"Il y en a partout ! ", s'exclame Coralie. Voilà quatre jours que la jeune femme vit chez ses parents, sur la zone d'activité de Chavanoz, car sa maison est inaccessible : des puces des champs recouvrent sa terrasse, ses fenêtres et sa porte. "Je n'en peux plus", lâche-t-elle.

Déjà plusieurs fois traitée, la maison de Coralie est encore infestée. - Radio France
Déjà plusieurs fois traitée, la maison de Coralie est encore infestée. © Radio France - Marion Gauthier

Les habitants se cloîtrent chez eux pour éviter l'invasion des puces

Les autres maisons du quartier sont fermées à double tour, climatisation à fond. "Les puces sont des insectes de chaleur... Quatre jour que je les étudie", ironise Laurent Briquet. Son usine de tôlerie industrielle est particulièrement touchée. Samedi dernier, "des paquets" de ces petites bêtes se sont formés sur l'alarme incendie et l'ont déclenchée. Depuis, le gérant craint pour ses machines.

La puce des champs envahit Chavanoz, dans le Nord-Isère

Les puces des champs recouvrent l'usine de tôlerie de Laurent Briquet, qui a autorisé certains de ses salariés à travailler à distance. - Radio France
Les puces des champs recouvrent l'usine de tôlerie de Laurent Briquet, qui a autorisé certains de ses salariés à travailler à distance. © Radio France - Marion Gauthier

Dans cette affaire, le principal mis en cause est le champ de colza voisin. "L'agriculteur a laissé le terrain en friche, reprend Laurent Briquet. Dans les tiges, il reste de la sève et on voit bien que les puces s'agglutinent avant d'aller chercher de la nourriture ailleurs".

Pour Laurent Briquet, ces puces viennent du champ de colza voisin : elles grouillent autour de certaines tiges qui dépassent sur la route. - Radio France
Pour Laurent Briquet, ces puces viennent du champ de colza voisin : elles grouillent autour de certaines tiges qui dépassent sur la route. © Radio France - Marion Gauthier

Une "crise sanitaire" pour les habitants

De son côté, Yassine assure avoir prévenu "tous les services qui auraient pu aider". C'est la Fredon, la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, qui a répondu la première par le biais de l'adjoint au maire de Chavanoz. Pour l'instant, "pas de groupe de travail qui se penche sur la question pour apporter une réponse", s'étonne Yassine. 

Sandrine Varnet assure une "permanence" depuis samedi 3 août : elle vient tous les jours répandre de l'insecticide autour des habitations. - Radio France
Sandrine Varnet assure une "permanence" depuis samedi 3 août : elle vient tous les jours répandre de l'insecticide autour des habitations. © Radio France - Marion Gauthier

Pour ces habitants de Chavanoz, c'est pourtant une "crise sanitaire" à laquelle ils font face. Le phénomène est apparu il y a deux ans mais une telle invasion reste inédite