Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans le sud de la Creuse, La Villedieu préfère voir pousser les salades plutôt que les sapins

samedi 13 janvier 2018 à 22:11 Par Olivier Estran, France Bleu Creuse

Sur le plateau de Millevaches, les habitants de La Villedieu et des environs soutiennent le projet d'un jeune maraîcher. Il souhaite racheter une ferme à l'abandon depuis 30 ans pour s'installer. Pas d'accord, le propriétaire des lieux, CNP Assurances, vient de replanter la parcelle en résineux.

Rassemblement de soutien devant la ferme convoitée
Rassemblement de soutien devant la ferme convoitée © Radio France - Olivier Estran

Creuse, France

Des salades et des carottes plutot que des sapins. Sur le plateau de Millevaches, la commune de La Villedieu au sud de la Creuse soutient le projet d'un jeune agriculteur.  Il s'appelle Greg et propose de racheter une ferme sur les hauteurs du village, à l'abandon depuis 30 ans pour s'installer comme maraîcher.  

"Cela fait 15 ans que j'habite sur le Plateau explique Greg, trouver une parcelle de terrain avec des bâtiments est ici très difficile. Je suis soutenu par la commune qui a proposé de racheter ce lieu en ruines pour l'euro symbolique. Des négociations ont été engagées l'an dernier avec  CNP Assurances, propriétaire des lieux. Après des débuts encourageants , elles ont tourné court, et les 6 hectares de terrain convoités viennent d'être replantés en résineux."  

Coup dur pour ce projet défendu par le village, la communauté de communes Creuse Grand Sud et le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin.

Greg (au centre) souhaite racheter ces batiments à l'abandon - Radio France
Greg (au centre) souhaite racheter ces batiments à l'abandon © Radio France - Olivier Estran

Une soixantaine de personnes se sont réunies dans ce petit village de 47 habitants pour apporter leur soutien au maraicher.

On pose la question: Est-ce qu'il reste de la place pour autre chose que la forêt sur le plateau de Millevaches ? " Mickaël membre du comité de soutien 

Mickaël, membre du comité de soutien

Selon les amis de Greg, la compagnie d'assurances CNP, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations  possède 3 mille hectares de forêt sur le Plateau de Millevaches. Elle ne veut pas vendre ce bout de terrain. 

Dans un courrier, elle explique ne pas vouloir donner suite à "un projet social et culturel". Greg, investi dans différentes associations ne comprend pas, il répète que son projet personnel est purement agricole.

Une marche de soutien pour défendre ce projet

Thierry Letellier, maire  de la commune défend ce projet - Radio France
Thierry Letellier, maire de la commune défend ce projet © Radio France - Olivier Estran

"Je pense que le projet n'a pas été compris, il y' a tellement d’intermédiaires,  soupire Thierry Letellier, maire de La Villedieu. Je suis en train de leur rédiger un courrier pour les inviter à venir discuter sur place "

L'enjeu est important pour cette petite commune, il est aussi symbolique. La population de La Villedieu a été divisée par trois depuis 1954 et ne compte plus que deux familles d'agriculteurs. 

Sur ce territoire du plateau de Millevaches, une des zones les moins densément peuplées d'Europe, la forêt n'a cessé de gagner du terrain, mais il s'agit le plus souvent de parcelles confiées à de grands groupes privés. Des forêts de résineux à croissance rapide, qui uniformisent le paysage et favorisent les coupes rases. Une situation mal vécue par bon nombre d'habitants.

Dans son courrier de refus, CNP Assurances ne ferme pas complètement la porte , et indique que des discussions sont encore possibles. C'est tout l'espoir des riverains qui aimeraient voir cette ferme revivre.