Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, des riverains se mobilisent contre l'ouverture d'un centre pour migrants

mercredi 29 août 2018 à 16:24 Par Mélodie Viallet, France Bleu Paris et France Bleu

Une centaine de migrants devraient être accueillis dans un gymnase appartenant à la RATP, situé dans une résidence fermée où vivent 350 personnes. Mais les riverains bloquent l’entrée de ce gymnase. Ils ne veulent pas de migrants sous leurs fenêtres.

Ce mercredi 29 août, une cinquantaine de riverains a bloqué l’entrée de ce gymnase pour empêcher l’installation du centre
Ce mercredi 29 août, une cinquantaine de riverains a bloqué l’entrée de ce gymnase pour empêcher l’installation du centre © Radio France - Mélodie Viallet

Rue des Poissonniers, Paris, France

A deux pas de la porte de la Chapelle, au 151 rue des Poissonniers dans le XVIIIe, un centre dédié aux migrants doit voir le jour. Mais les riverains qui ont appris la nouvelle en début de semaine refusent l’installation de ce centre dans leur résidence. 

Une banderole est accrochée à un balcon et affiche leur mécontentement "Non aux migrants sur le site". La cour de leur immeuble est entourée d’un grillage et sécurisée par un digicode, et les habitants veulent conserver leur tranquillité. "Je ne veux pas que tout le monde ait le code et que ce soit un va-et-vient dans notre cour "s’énerve Rosa avant ajouter : "Nous habitons juste à côté de la porte de la Chapelle, on a l’habitude des migrants, et on sait bien qu’il y a des problèmes de drogues, de violence et d’insalubrité. Là on va avoir tous ces problèmes directement dans notre cour, ce n’est pas supportable"

Les riverains bloquent l’entrée du gymnase 

En effet l’entrée du gymnase est mitoyenne avec celle de l'immeuble et les riverains refusent de voir des migrants sous leurs fenêtres et devant leurs portes. Ce mercredi 29 août, une cinquantaine de riverains a bloqué, de 6h à 12h, l’entrée de ce gymnase pour empêcher l’installation du centre. Les riverains ont installé des poubelles et garé une voiture juste devant l’entrée. Michelle, cette mère de quatre enfants habite au numéro 153 : "Mon allée est collée au gymnase, j’ai quatre enfants je ne veux pas qu’ils aient peur quand ils rentrent de l’école ou du collège" raconte-t-elle très en colère. 

Selon la préfecture de Paris, la gestion des migrants sera très réglementée 

Les riverains expliquent aussi qu’ils n’ont pas été avertis de cette installation, et pour Xavier ce jeune père de famille c’est intolérable : "_Il n’y a pas eu de concertation avec les habitants de l’immeuble_, nous avons le sentiment que l’on ne nous respecte pas et que la préfecture nous impose ce centre sous nos fenêtres. Je pense que le XVIII a déjà beaucoup donné pourquoi encore nous ! ". 

Face à cette mobilisation, Bruno André le directeur de cabinet du préfet de la région Île-de-France s’est rendu sur place pour rassurer les habitants :"C’est une solution temporaire en attendant d’avoir des places pérennes, pour éviter que ces migrants campent dans la rue", explique-t-il : "Je veux rassurer les habitants, tous les migrants qui rentreront dans le gymnase seront contrôlés, tout cela est très réglementé, on ne fera pas n’importe quoi et n’importe comment !"

Une réunion entre les riverains et les autorités est d’ailleurs prévue ce jeudi à 15 heures, les autorités devraient détailler la façon dont les migrants seront accueillis dans ce gymnase, la préfecture explique qu’elle sera à l’écoute des habitants.