Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans les campings loirétains, "on est tranquilles", disent les quelques résidents

-
Par , France Bleu Orléans

Dans les campings loirétains, les emplacements sont vides, ou presque, en raison du confinement. Mais quelques irréductibles tiennent tout de même à profiter autant que possible.

Daniel, un habitué du camping de Gien, ne voulait absolument pas passer un nouveau confinement en région parisienne.
Daniel, un habitué du camping de Gien, ne voulait absolument pas passer un nouveau confinement en région parisienne. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Les emplacements pour les tentes sont vides, la plupart des roulottes et des cabanes également : au camping de Poilly-Lez-Gien (Loiret), il n'a pas fallu longtemps pour que les effets du confinement se fassent sentir. Dès l'allocution d'Emmanuel Macron, le téléphone s'est tu, sonnant uniquement pour les annulations. Pourtant, quelques résidents font la résistance. Ils sont quelques uns, salariés de la centrale, retraités, ou alors, riverains, à avoir posés leurs valises. 

Daniel est l'une des figures du site : plus de dix ans qu'il vient passer une partie de l'année à Gien, lui qui vit dans un HLM de Malakoff, dans les Hauts-de-Seine. A l'annonce du reconfinement, il n'a pas hésité une minute. "Je ne voulais pas rester comme l'année dernière pendant deux ou trois mois à la maison sans bouger ! Je me suis dit que j'allais partir avant d'être confiné et je suis arrivé mi-mars." Et si  le confinement est allégé par rapport à l'an passé, "même 10 kilomètres, en région parisienne, ce n'est que du béton !"

La tranquillité d'un camping presque désert

Dans sa petite caravane de huit ou neuf mètres carrés, ce retraité de 71 ans a tout le confort moderne : la télévision, la radio branchée sur France Bleu Orléans. Sous le auvent, il a également installé une grande table, quelques chaises, un barbecue, un four également. Et il ne regrette pas du tout. "Le temps de faire mes courses, le matin, cela passe vite. L'après-midi je vais à la pêche. Suivant le temps, je vais voir les copains." Des copains, peu nombreux forcément pour le moment. "Je suis tranquille !" Daniel devrait rester au camping jusqu'à l'automne, et espère bien voir le monde revenir d'ici l'été. 

Dans sa caravane de moins de 10m2, Daniel a tout le confort moderne pour rester plusieurs mois.
Dans sa caravane de moins de 10m2, Daniel a tout le confort moderne pour rester plusieurs mois. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Les cours séjours sont encore moins nombreux, réservés à ceux qui habitent juste à côté. Hervé et Ghislaine ont loué une roulotte pour deux jours et promis, ils n'ont pas transgressé la limite des 10 kilomètres : ils sont originaires de Saint-Brisson-sur-Loire, à huit kilomètres de là. "On devait partir sur Menton et en Ardèche, mais on a dû annuler à cause du confinement, et on a cherché quelque chose à faire dans les 10 kilomètres pour ne pas gâcher totalement les vacances", explique cette CPE, qui profite des vacances de Pâques. 

On espère quand même un jour repartir

"Il n'y a pas beaucoup de monde, ce n'est pas le rêve pour le camping mais pour nous c'est très bien", renchérit son compagnon. "Si on était restés à la maison, elle aurait fait du ménage et j'aurais fait mes copies, puisque je suis enseignant, donc c'est très bien je suis obligé de me reposer." Le couple, qui a décalé à plusieurs reprises un voyage au Canada, fait contre mauvaise fortune bon coeur. "On espère quand même un jour repartir, c'est tout de même cela le but du jeu", s'amuse-t-il.

Hervé et Ghislaine habitent à huit kilomètres du camping et profitent donc d'un weekend en roulotte, durant leurs vacances.
Hervé et Ghislaine habitent à huit kilomètres du camping et profitent donc d'un weekend en roulotte, durant leurs vacances. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Du côté de la direction du camping, la réouverture progressive, à partir de la mi-mai, reste un maigre espoir. Ce qui est perdu est perdu, assure Christian Chenu. "On est obligé d'y croire. Mais le problème, c'est qu'on n'aura pas les étrangers. Pour notre part c'est 50% de clientèle étrangère. L'année dernière on a fait 45% de chiffre d'affaires en moins. Donc, si on repart pour une année similaire, on sait que cela va être tendu", expliquait mardi matin celui qui est aussi le représentant du syndicat départemental de l'hôtellerie de plein air dans le Loiret, invité de La Nouvelle Eco. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess